Harcèlement: les eurodéputés appellent à briser le silence

Strasbourg — Les eurodéputés se sont joints mercredi aux appels à briser le silence sur le harcèlement sexuel, certaines élues évoquant même dans l’hémicycle leur expérience personnelle, dans le sillage de la vague de témoignages déclenchée par le scandale Weinstein. « Moi aussi ! J’ai subi du harcèlement sexuel, comme des millions d’autres femmes dans l’Union européenne », a déclaré devant ses homologues l’élue écologiste Terry Reintke, lors d’un débat en plénière à Strasbourg, précédant le vote d’une résolution prévu jeudi sur le sujet. « Il est temps de dire clairement que nous ne devons plus avoir honte, ce sont les auteurs qui doivent avoir honte ! » a ajouté la députée allemande. Avec d’autres élues, elle a commencé son intervention en brandissant une pancarte arborant le mot-clic «#MeToo », qui fait actuellement florès sur les réseaux sociaux.