La Catalogne à quelques jours d’une déclaration d’indépendance?

Un homme marchait en agitant le drapeau de l’indépendance catalane, hier, sur la Rambla à Barcelone.
Photo: Francisco Seco Associated Press Un homme marchait en agitant le drapeau de l’indépendance catalane, hier, sur la Rambla à Barcelone.

La déclaration d’indépendance de la Catalogne ne serait plus qu’une question de jours. Au lendemain d’une des plus grandes journées de mobilisation de leur histoire, les partis catalans ont convoqué une session plénière du Parlement dès lundi matin afin de réagir au référendum sur l’indépendance qui s’est tenu dimanche. Normalement, la loi catalane prévoit sans la moindre zone d’ombre l’adoption d’une proclamation unilatérale d’indépendance dès le dépôt des résultats.

Alors qu’il a toujours laissé entendre que cette déclaration viendrait rapidement, le président catalan, Carles Puigdemont, a cependant lancé mardi soir un dernier appel au compromis et à la négociation. Vingt-quatre heures après l’allocution du roi Philippe VI qui a dénoncé la « déloyauté » du gouvernement catalan et appelé à « restaurer l’ordre constitutionnel en Catalogne », il s’est adressé directement au souverain.

« Avec votre décision d’hier, vous avez déçu énormément de Catalans, dit-il. Nous sommes dans un moment difficile de notre histoire et nous attendions de votre part que vous défendiez le dialogue et la concorde. »

Après que plusieurs organisations professionnelles, patronales et religieuses se sont proposées comme intermédiaires, le président a dit vouloir privilégier la médiation.

« Nous voulons arriver à un accord, dit-il. Mais nous n’avons reçu aucune réponse positive du gouvernement ». À la fin de son allocution, Puigdemont a précisé qu’il allait appliquer les résultats du référendum dans les prochains jours.

« Nous sommes un seul peuple qui aime la langue qu’il parle », a-t-il conclu.

Débat chez les indépendantistes

Si le président souffle le chaud et le froid sur ce que fera le Parlement lundi, c’est que le débat fait rage au sein de la coalition des partis indépendantistes qui dirige la Catalogne, affirme-t-on à Barcelone.

Le consensus n’est pas fait sur la nécessité de déclarer unilatéralement l’indépendance comme le prévoit la loi et le souhaitent les plus radicaux, comme la CUP. Plusieurs élus nationalistes, dont l’ancien président catalan Artur Mas, auraient même proposé que le Parlement convoque plutôt des élections.

Selon le grand quotidien de Barcelone La Vanguardia, le président Carles Puigdemont aurait cependant écarté ce scénario. « Les dirigeants indépendantistes savent que la Catalogne ne sera pas un État indépendant du seul fait d’une proclamation d’indépendance par le Parlement, écrit la journaliste Lola Garcia. Si certains exigent une déclaration d’indépendance sans tarder, la majorité est consciente que le lendemain, il n’y aura pas de reconnaissance internationale pour la rendre viable. »

Ce diagnostic a été confirmé par la commission d’experts internationaux qui a suivi le référendum dimanche. Selon ces derniers, à cause de la violence policière, le référendum (ou le Oui l’a emporté à 90 %) ne répond pas aux standards internationaux.

On sait que la police nationale a bloqué 400 bureaux de scrutin et empêché plus de 700 000 personnes de voter. Sans ces violences, la participation aurait probablement dépassé les 60 %, au lieu des 42 % actuels.

À Barcelone, on estime que le texte que devrait adopter le Parlement catalan lundi pourrait contenir des nuances. Il pourrait par exemple affirmer que les résultats du référendum expriment la volonté du peuple catalan d’être indépendant sans pour autant décréter sur-le-champ l’indépendance. Parmi les propositions sur la table, on envisage la possibilité de créer une assemblée constituante. Celle-ci regrouperait des personnalités de la société civile qui auraient pour tâche de rédiger un projet de constitution destiné à être ratifié par référendum.

L’indépendance ne serait donc proclamée qu’au terme de ce processus qui pourrait durer entre six mois et un an. Un délai permettant une éventuelle médiation.

L’escalade se poursuit

À Madrid, à l’exception du parti de la gauche radicale Podemos, le ton n’est guère à la médiation.

Le président Mariano Rajoy a répondu qu’on ne parle pas à ceux qui font « un tel chantage à l’État ». Même l’opposition socialiste (PSOE) a accusé Puigdemont de « cynisme » et de se cacher derrière la population catalane. La presse madrilène est unanime à dénoncer le gouvernement indépendantiste, qu’elle traite régulièrement de « criminel ».

Dans la même veine, en matinée, le ministère de l’Intérieur espagnol a convoqué le major Josep Lluís Trapero, chef de la police catalane, et annoncé qu’il serait poursuivi pour « sédition ». Madrid reproche aux Mossos d’Esquadra de n’avoir pas réquisitionné les écoles, qui accueillaient les bureaux de vote, pour empêcher le référendum catalan dimanche. Dans plusieurs de ces bureaux, les policiers de la Generalitat se sont même interposés pour défendre les électeurs contre les policiers de Madrid.

Même Jordi Cuixart et Jordi Sánchez, présidents des grandes organisations nationalistes Omnium Cultural et Assemblée nationale catalane (que l’on pourrait comparer à la Société nationale des Québécois), ont reçu une convocation de la justice pour répondre d’un délit de « sédition ». L’accusation est liée à la manifestation qu’ils ont convoquée le 21 septembre dernier pour protester contre la mise en garde à vue de plusieurs fonctionnaires catalans responsables du référendum.

Autre signe d’escalade, à Madrid, le ministère de l’Intérieur a annoncé que les policiers de Madrid stationnés en Catalogne recevront un soutien logistique de l’armée. Ce soutien permettra notamment de loger les policiers qui ont été expulsés des hôtels où ils logeaient.

Dans les prochains jours, les 10 000 policiers nationaux exceptionnellement dépêchés en Catalogne semblent prêts à toute éventualité.

L’Assemblée nationale condamne l’autoritarisme de l’Espagne

Québec — Les partis ont adopté à l’unanimité à l’Assemblée nationale, mercredi, une motion condamnant l’autoritarisme de l’État espagnol à l’égard de la Catalogne, mais le gouvernement Couillard maintient qu’une majorité de Catalans est contre l’indépendance. « L’Assemblée nationale déplore l’attitude autoritariste du gouvernement espagnol qui a mené à des gestes de violence à l’occasion du référendum sur l’indépendance de la Catalogne et déplore le nombre de blessés », affirme la motion. Elle appelle aussi au « dialogue politique et démocratique » entre la Catalogne et l’Espagne afin de résoudre « pacifiquement les différends qui les éloignent », en plus d’évoquer le recours à une médiation internationale si les parties y consentent. La Presse canadienne
7 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 5 octobre 2017 03 h 07

    Ça risque de...

    Ça risque de devenir le début de la fin de l'Espagne actuelle...

  • Guy Rivest - Inscrit 5 octobre 2017 06 h 44

    Quel gâchis !

    L'Espagne aurait simplement pu prendre exemple sur le gouvernement canadien lors du référendum de 1995 au Québec. Il n'aurait eu qu'à faire semblant de l'approuver pour se donner l'air d'une parfaite démocratie devant les autres pays, créer un fonds secret pour dépenses illicites pendant la campagne référendaire (disons, Action Espagne), accepter en un temps record des milliers d'immigrants qui auraient naturellement voté en faveur du Non, puis faire venir pour un love-in à Barcelone à une fraction du prix réel (financé par les compagnies nationales de transport aérien et ferroviaire) des dizaines de milliers d'Espagnols des autres régions pour qu'ils viennent affirmer du fond du coeur à quel point ils aimaient les Catalans, puis finalement bloquer à la frontière de sa juridiction l'enquête du DGE catalan sur la fraude électorale commise, et le tour était joué. Pas très futé, monsieur Rajoy.

  • Gilles Delisle - Inscrit 5 octobre 2017 07 h 41

    Le gouvernement Couillard, une honte nationale

    Comme une bande de crétins, le gouvernement Couillard maintient qu'une majorité de Catalans, est contre l'indépendance! Mais comment peut-on faire une telle affirmation alors que le monde entier sait parfaitement que le peuple catalan a été bafoué, matraqué , les bureaux de vote saccagés pendant toute cette journée, et que ce peuple , en bonne partie ,a été empêché de voter librement! Pour des élus, les membres de notre gouvernement se sont comportés comme une bande d'imbéciles, qui disent n'importe quoi, sans réflexion aucune.

  • Bernard Terreault - Abonné 5 octobre 2017 07 h 56

    Leur seul choix

    Former un un parti politque, une sorte de Bloc Catalan, pour les représenter lors des prochaines élections pan-espagnoles et espérer avoir la balance du pouvoir à Madrid. Ainsi, ils pourraient peut-être négocier un accord.

    • Neus Pont - Abonnée 7 octobre 2017 04 h 50

      Ils sont déjà à Madrid, mais ils sont minoritaires et les médias de communication de l'Espagne très partisans et biaisés a faveur du PP , font tout leur possible pour que l'opinion des espagnols face à la Catalogne et aux catalans soit très négative

  • Gilles Théberge - Abonné 5 octobre 2017 09 h 23

    Comment Couillard peut-il affirmer que la majorité des Catalans est contre l’indépendance!

    Les sondages? Tout le monde sait que les sondages est une photo, d’un moment.

    Seuls comptent les votes exprimés.