La Catalogne unie contre la violence

Les Catalans ont fait grève mardi et déferlé dans les rues des villes et villages pour marquer leur désapprobation devant la violence dont a fait usage la police espagnole lors du référendum.
Photo: Lluis Gene Agence France-Presse Les Catalans ont fait grève mardi et déferlé dans les rues des villes et villages pour marquer leur désapprobation devant la violence dont a fait usage la police espagnole lors du référendum.

Au lendemain des pires violences policières survenues en Espagne depuis le retour de la démocratie, les Catalans se sont levés par centaines de milliers. À midi comme à 18 heures, les places de toutes les villes et de tous les villages ont été envahies par une véritable marée humaine qui résonnait d’un même cri d’indignation. Pendant toute la journée, les Catalans ont crié leur réprobation aux violences de la police de Madrid, qui ont fait plus de 800 blessés dimanche. Ils ont aussi affirmé pacifiquement leur détermination à ne pas laisser kidnapper leur référendum, qui a mobilisé environ 42 % des Catalans malgré la fermeture de nombreux bureaux de scrutin.

Alors que le pays est peut-être à l’aube d’une proclamation unilatérale d’indépendance et que même le roi a senti le besoin d’intervenir, toute la journée la Catalogne a été totalement paralysée à l’appel des organisations syndicales et nationalistes. Même l’équipe catalane, le Barça, a refusé de s’entraîner.

Dès le petit matin, alors que des agriculteurs et des camionneurs bloquaient la plupart des autoroutes, un silence de mort s’est abattu sur les villes et les villages de cette région autonome d’Espagne. Les grandes avenues de Barcelone, habituellement si animées, étaient désertes. Dès 9 h 30, déjà réduit au minimum, le métro de Barcelone s’est arrêté. Toutes les administrations, la plupart des grandes entreprises et des commerces sont demeurés fermés. Difficile de trouver un café ouvert pour déjeuner. Dans de nombreuses vitrines, les commerçants affichaient les couleurs de la Catalogne. Au septième étage d’un building de la place d’Espagne à Barcelone, une banderole proclamait : « Bienvenue à la République catalane ».

90 % des entreprises fermées

Vers 11 heures, au même endroit, une foule immense a soudainement surgi de partout. Les grands-parents tenaient la main des petits-enfants et les jeunes couples poussaient des landaus. Faute de bus et de métros, on était venu des banlieues sud à vélo, en taxi ou à pied. Sur la Grand Via, on se dirigeait vers la place de l’Université en scandant : « La rue appartiendra toujours au peuple ! » Selon la police, en cette journée, plus de 700 000 personnes ont battu le pavé à Barcelone. Ils étaient probablement beaucoup plus nombreux dans le reste du pays.

Photo: Lola Bou Agence France-Presse Une jeune femme serre dans ses bras un sapeur, comme un témoignage de reconnaissance de la Catalogne à ses pompiers qui ont souvent servi de bouclier, dimanche, afin de protéger les citoyens qui voulaient voter au référendum des policiers espagnols qui tentaient de les en empêcher, parfois violemment.

D’après le deuxième syndicat patronal catalan, Cecot, 90 % de ses entreprises adhérentes étaient en grève. Sans compter tous les fonctionnaires de la Generalitat. Les rares employés qui se sont rendus au travail l’ont fait pour assurer les services essentiels dans les écoles, les hôpitaux et les transports publics.

Dans la matinée, les manifestants avaient commencé à se regrouper devant les collèges de Barcelone où les policiers ont molesté des électeurs dimanche. Ils ont aussi manifesté devant le siège barcelonais du Parti populaire, au pouvoir à Madrid. Dans plusieurs villes, des manifestations se sont tenues devant les hôtels occupés par les 10 000 policiers qui ont été dépêchés par Madrid et dont le président catalan a demandé le rappel en vain. Plusieurs hôtels les ont néanmoins sommés de quitter les lieux. Ironie du sort, il a parfois fallu demander à la police catalane, qui dimanche avait protégé les électeurs contre ces mêmes policiers, de les défendre.

Julie Thériault Brochu a elle aussi fait grève pour dénoncer ces violences. Originaire de Lévis, elle est venue manifester avec son mari, un Catalan rencontré à Montréal. Lui portait le drapeau rayé catalan, elle, le fleurdelysé québécois. « Nous sommes dans un cul-de-sac, dit cette indépendantiste convaincue. Une proclamation unilatérale d’indépendance risque de ne pas être reconnue ailleurs dans le monde, car Madrid a mis tellement de bâtons dans les roues de ce référendum. » Son mari David, lui, n’en revenait pas du « mépris de l’Union européenne qui s’intéresse plus au Kurdistan qu’à nous ».

Le roi défend la ligne dure

En soirée, le roi Philippe VI a pris ouvertement parti pour la ligne dure à l’égard des indépendantistes. Dans son intervention de vingt minutes, il n’a pas eu un mot pour les blessés de dimanche. Le dernier des Bourbon a appelé à « restaurer l’ordre constitutionnel en Catalogne ». Il accuse les indépendantistes d’avoir « fracturé et provoqué la société catalane » ainsi que de vouloir « proclamer illégalement l’indépendance ». Selon lui, les dirigeants catalans se sont mis « en marge du droit et de la démocratie ».

Dès que le roi a pris la parole, en signe de désapprobation, un immense charivari est monté de tous les quartiers de Barcelone, comme chaque soir depuis des semaines. Les indépendantistes soupçonnent Philippe VI de préparer le terrain pour une mise en tutelle du gouvernement catalan dans le cas où celui-ci proclamerait unilatéralement l’indépendance. Une perspective qu’a clairement évoquée le président Carles Puigdemont dimanche et qui pourrait survenir d’un moment à l’autre, dès la présentation des résultats du référendum au Parlement catalan, comme le prévoit la loi.

Madrid a annoncé mardi qu’il n’invoquerait pas pour l’instant l’article 155 de la Constitution qui lui permet de suspendre l’autonomie de la Catalogne. Car, dit-il, il aurait besoin pour ce faire d’« un soutien aussi large que possible ». Un soutien que lui assureraient certainement les socialistes du PSOE si jamais la Generalitat proclamait l’indépendance.

L’escalade se poursuit

Alors que le face-à-face entre Madrid et Barcelone se durcit, l’incertitude règne sur la stratégie de la Generalitat après ce référendum où le Oui l’a emporté à 90 %, mais avec une participation de seulement 42 %. Dans les milieux nationalistes catalans, on évoque plusieurs scénarios, dont celui d’une déclaration d’indépendance vendredi 6 octobre, date anniversaire de la proclamation de la première république catalane en 1934. On évoque aussi une déclaration ne prenant effet que dans six mois afin de laisser place à la négociation. Lundi, Carles Puigdemont avait réclamé une médiation de l’Union européenne. Un appel demeuré sans suite malgré quelques timides réactions.

À Madrid, la ligne dure ne semble guère contestée. Malgré la désapprobation internationale suscitée par les violences policières et l’ouverture d’une enquête de l’ONU, le Parti populaire s’apprête même à soumettre au Congrès une motion félicitant les policiers nationaux dépêchés en Catalogne, qui ont fait plus de 800 blessés.

12 commentaires
  • Dave Saint-Amour - Abonné 4 octobre 2017 03 h 50

    Une solidarité sans pareil

    J'ai été témoin hier de cette solidarité sans pareil qui m'a émue plus d'une fois. J'ai vu femmes et enfants, jeunes et moins jeunes, chanter, danser, échanger, rire et pleurer. Leur détermination est bien grande que toutes les matraques d'Espagne réunies.

  • Michel Lebel - Abonné 4 octobre 2017 03 h 58

    Des dirigeants non à la hauteur

    Voilà ce qui arrive, soit la pagaille et un grand gâchis, lorsque des dirigeants de tous côtés ne sont pas à la hauteur. Pauvre Espagne. Pauvre Catalogne.

    Michel Lebel

    • Serge Lamarche - Abonné 4 octobre 2017 14 h 27

      On n'explique pas beaucoup pourquoi le vote était illégal et pourquoi ils ne pouvaient pas faire un vote légal. Beaucoup de colonne vertébrale mais pas beaucoup de cervelle, il me semble.

  • Francine La Grenade - Inscrite 4 octobre 2017 06 h 13

    Un autre référendum

    Amis Catalans, faites-en un autre pendant que les 10 000 policiers de Madrid sont coincés dans leur hôtel.

  • Louise Collette - Abonnée 4 octobre 2017 07 h 19

    Bravo

    Bravo les Catalans, ne lâchez pas.
    On appelle ça un peuple qui a une colonne vertébrale.

  • Patrick Boulanger - Abonné 4 octobre 2017 07 h 24

    Le roi contre l'indépendance catalane? Il me semble bizarre que l'on accorde de l'importance à une personne ayant un tel statut en... 2017. C'est quand même quelque chose!

    • Ginette Cartier - Abonnée 4 octobre 2017 09 h 45

      C'est le "digne" héritier des rois qui ont imposé l'Inquisition.