Les manifestations contre le référendum catalan se multiplient en Espagne

Selon la Garde civile espagnole, ces rassemblements sont «spontanés» et les participants se sont retrouvés grâce au bouche-à-oreille.
Photo: Lluis Gene Agence France-Presse Selon la Garde civile espagnole, ces rassemblements sont «spontanés» et les participants se sont retrouvés grâce au bouche-à-oreille.

Les manifestations patriotiques se multiplient en Espagne à cinq jours du référendum interdit sur l’indépendance de la Catalogne, avec des rassemblements de soutien aux renforts de la Garde civile et de la police envoyés dans cette région.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des dizaines de personnes brandissant des drapeaux espagnols au passage de véhicules de la Garde civile, dans des villes du sud, du centre et de nord de l’Espagne, avant le référendum interdit par la justice.

Selon des sources de la Garde civile, ces rassemblements étaient « spontanés » et les participants se sont retrouvés grâce au bouche-à-oreille et aux médias sociaux.

Le rassemblement le plus important s’est produit lundi après-midi à Huelva, dans le sud-ouest du pays, où plus d’une centaine de personnes se sont retrouvées pour acclamer les gardes civils appelés en renfort en Catalogne en reprenant des chants des partisans de football comme « A por ellos » (On va se les faire) ou « Yo soy español » (Moi, je suis espagnol), qui s’étaient popularisés lors de la victoire de l’équipe nationale espagnole à la Coupe du monde de 2010 en Afrique du Sud.

Le même jour, une autre manifestation a eu lieu à Cadix en soutien aux agents de la Garde civile, aux cris de « Viva España » et « Viva la Guardia civil ». Une autre s’est aussi produite à Cordoba, cette fois-ci en soutien à des membres de la police nationale sur le départ pour Barcelone.

Vendredi dernier, une manifestation avait déjà eu lieu à Séville, à l’initiative des parents d’élèves d’une école catholique de l’Opus Dei, une organisation religieuse conservatrice. Des manifestations du même type ont eu lieu à Santander et Tolède.

Au cours des derniers jours, des drapeaux espagnols sont aussi apparus à de nombreuses fenêtres à Madrid.

 
Photo: Pierre-Philippe Marcou Agence France-Presse

Dans la banlieue de la capitale, le maire conservateur de la ville de Alcorcon a distribué un millier de drapeaux à ses habitants.

La demande est telle que l’entreprise Sosa Dias, qui fabrique des drapeaux, s’est empressée d’en faire un stock de 24 000 pour les vendre sur tout le territoire espagnol, y compris en Catalogne, a affirmé à l’AFP son propriétaire José Luis Sosa Dias.

« Notre atelier ne cesse de produire des drapeaux espagnols », a-t-il assuré.

Les manifestations peuvent parfois être tendues, comme à Valence lundi soir, quand des membres du groupuscule d’extrême droite España 2000 se sont retrouvés devant le théâtre où avait lieu une réunion de partisans du référendum catalan.

« Il y a eu des échanges d’insultes », mais pas d’incident, a indiqué la préfecture.

7 commentaires
  • Danielle Houle - Inscrite 26 septembre 2017 10 h 40

    Bravo!

    Mille fois bravo aux catalans!

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 26 septembre 2017 10 h 57

    Fascisme anti-démocratique

    Il est consternant d’apprendre que l’Opus Dei, une organisation religieuse conservatrice, soit derrière des manifestations anticatalanes, triste répétition de l’accointance de l’Église catholique avec le régime fasciste et anti-républicain du dictateur Franco.

    Ceci me rappelle l’hypocrite « love-in » du Canada anglais envers le Québec en 1995 à Montréal.

    • Claude Bariteau - Abonné 26 septembre 2017 14 h 16

      Ce n'est pas un « Love in », mais un « we don't love you free of our control ».

  • Germain Dallaire - Abonné 26 septembre 2017 11 h 38

    Le matraquage médiatique

    Dans cet article, le seul nombre de manifestants qu'on donne (on parle explicitement du rassemblement le plus important) est à Huelva avec plus d'une centaine de personnes. Samedi dernier, seulement ici à Montréal à deux jours d'avis, il y avait près de 300 personnes! Et que dire de la multitude de manifestations en Catalogne? De celles là, les médias n'en parlent pas beaucoup.
    Germain Dallaire
    abonné

  • François Beaulne - Abonné 26 septembre 2017 13 h 45

    Ça rappelle quelque chose

    Ces manifestations <spontanées> le sont autant que le <Love in> canadian organisé à quelques jours de notre référendum de 1995.
    Pas impressionnant, encore moins crédible!

  • Gilles Théberge - Abonné 26 septembre 2017 16 h 47

    ..."ceux qui ne savent pas encore, que Franco est tout à fait mort"

    Hé oui, c'est bien vrai, Franco, n'est pas tout à fait mort!´