Une liste de «journalistes ennemis» publiée en Hongrie

Dans un discours fin juillet, Viktor Orban avait mis en garde contre le rôle des «médias exploités» par Georges Soros en vue des législatives de 2018 où il briguera un nouveau mandat.
Photo: Julien Warnand Agence France-Presse Dans un discours fin juillet, Viktor Orban avait mis en garde contre le rôle des «médias exploités» par Georges Soros en vue des législatives de 2018 où il briguera un nouveau mandat.

La publication sur un site d’informations progouvernemental hongrois d’une liste de journalistes accusés de « servir les intérêts » du milliardaire George Soros a suscité les protestations de l’association nationale des journalistes contre une méthode « qui renvoie à des temps antidémocratiques ».

Les noms de huit journalistes, hongrois en majorité, travaillant comme correspondants de médias étrangers, ont été mis en ligne mardi sur le site 888.hu sous le titre : « La liste : nous présentons les propagandistes étrangers de Soros ».

Ces journalistes se voient reprocher par l’article de ne pas être « objectifs et indépendants » et de « servir les intérêts » de George Soros, homme d’affaires américain d’origine hongroise dont le gouvernement de Viktor Orban a fait sa cible depuis plusieurs mois.

Budapest a ainsi adopté plusieurs lois visant des organisations soutenues par le milliardaire qualifié « d’ennemi public », accusé de s’ingérer dans la politique hongroise et européenne, en voulant notamment installer des centaines de milliers de réfugiés dans l’UE.

Des correspondants en Hongrie des agences de presse Reuters, Bloomberg, du magazine Politico, de la chaîne allemande ZDF figurent sur cette liste et sont accusés de critiquer le gouvernement hongrois et de « discréditer » la Hongrie à l’étranger.

L’association nationale des journalistes hongrois (MUOSZ) a dénoncé dans un communiqué « l’absence de toute preuve » en soutien aux allégations et vivement protesté, dans un communiqué, contre « une méthode qui renvoie à des temps antidémocratiques » et qui « est très éloignée des pratiques du journalisme démocratique et de l’information ».

Dans un discours fin juillet, Viktor Orban avait mis en garde contre le rôle des « médias exploités » par Georges Soros en vue des législatives de 2018 où il briguera un nouveau mandat.

Plus largement, le MUOSZ s’inquiète dans son communiqué de la multiplication des obstacles « qui rendent difficile l’exercice de la profession de journaliste » en Hongrie.

L’association relève ainsi que de nombres d’entre eux sont interdits d’accès au parlement, reproche au gouvernement de ne pas répondre aux questions écrites et de ne pas inviter pas aux conférences de presse les journalistes perçus comme des opposants.

L’organisation de défense des droits des journalistes Reporters sans frontières (RSF) s’était inquiétée début août que « le pouvoir ne cesse d’étendre sa mainmise sur les médias » en Hongrie.

Depuis 2010, le gouvernement de Viktor Orban a profondément changé les règles du jeu médiatique, s’attirant de nombreuses mises en garde de l’UE.