Chypre: fin des négociations en Suisse, sans accord

Le président chypriote Nicos Anastasiades, le dirigeant turc-chypriote Mustafa Akinci et le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, à Crans-Montana, la semaine dernière
Photo: Fabrice Coffrini Agence France-Presse Le président chypriote Nicos Anastasiades, le dirigeant turc-chypriote Mustafa Akinci et le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, à Crans-Montana, la semaine dernière

Crans-Montana — Le marathon des négociations interchypriotes organisées en Suisse s’est conclu sans accord vendredi matin à l’aube, échouant à débloquer un conflit vieux de plusieurs décennies, a annoncé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres.

« Je suis profondément déçu de vous informer que malgré l’engagement et la détermination de toutes les délégations et des différentes parties sur place […], la Conférence sur Chypre s’est conclue sans parvenir à un accord », a annoncé M. Guterres aux journalistes présents dans la station alpine de Crans-Montana.

Hébergées dans cette station de sport d’hiver suisse depuis le 28 juin, sous l’égide de l’ONU, ces négociations interchypriotes étaient considérées comme la meilleure chance depuis longtemps pour mettre fin à la division de l’île méditerranéenne depuis 1974.

Espoir déçu

Antonio Guterres lui-même avait semblé très optimiste quand il avait rejoint pour la première fois ces négociations, la semaine dernière. Il avait alors parlé de discussions « hautement productives » et avait pressé les rivaux chypriotes de saisir « une occasion historique de parvenir à un accord équilibré pour un conflit qui a divisé Chypre depuis de trop nombreuses décennies ».

Mais le ton avait ensuite vite changé, et le secrétaire général de l’ONU est revenu à Crans-Montana jeudi matin, pour tenter de débloquer une situation apparemment tendue.

Lors de toute la journée de jeudi, il a ainsi rencontré en tête-à-tête le président chypriote Nicos Anastasiades et le dirigeant turc-chypriote Mustafa Akinci, ainsi que les ministres des Affaires étrangères et européennes des « garants » de la sécurité de l’île (Grèce, Turquie et Royaume-Uni, l’ex-puissance coloniale).

Longues négociations

Après avoir fait durer ces négociations jusqu’aux premières heures de vendredi et son départ pour le G20 à Hambourg en Allemagne, M. Guterres a cependant dû reconnaître que les discussions étaient toujours dans l’impasse. « Il était évident qu’il y avait toujours une grande distance entre les délégations sur un certain nombre de questions, et un accord n’était pas possible », a-t-il ajouté, sans plus de précision.

« Mais cela ne signifie pas que d’autres initiatives ne peuvent pas être organisées, afin de régler cette question chypriote », a insisté Antonio Guterres.

Un précédent round de discussions s’était tenu en janvier, déjà en Suisse, mais là aussi sans résultat.

Chypre, qui compte un million d’habitants, est divisée depuis que l’armée turque a envahi en 1974 la partie nord de l’île, en réaction à un coup d’État qui visait à rattacher le pays à la Grèce et qui avait suscité une vive inquiétude dans la minorité chypriote turque.

Depuis, la République de Chypre, admise au sein de l’Union européenne en 2004, n’exerce son autorité que sur la partie sud où vivent les Chypriotes grecs. Les Chypriotes turcs habitent eux la République turque de Chypre du Nord (RTCN), reconnue uniquement par Ankara, où la Turquie stationne quelque 35 000 soldats. C’est cette présence militaire qui représente la principale pierre d’achoppement d’un accord.

Nicosie, soutenue par Athènes, réclame un calendrier clair pour le retrait progressif des troupes turques.