L’Ukraine affirme avoir contrecarré une nouvelle cyberattaque

Le logiciel M.E.Doc a été identifié par les autorités ukrainiennes comme la source de diffusion du rançongiciel qui a infecté des milliers d’ordinateurs dans le monde entier la semaine dernière.
Photo: Rob Engelaar Archives ANP/AFP Le logiciel M.E.Doc a été identifié par les autorités ukrainiennes comme la source de diffusion du rançongiciel qui a infecté des milliers d’ordinateurs dans le monde entier la semaine dernière.

Kiev — Les autorités ukrainiennes ont affirmé mercredi avoir contrecarré une nouvelle vague de cyberattaques, semblable à celle qui avait frappé le pays puis le monde entier une semaine auparavant.

Le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov a indiqué que la police ukrainienne avait réussi mardi à stopper ces attaques effectuées grâce au logiciel de comptabilité M.E.Doc et qu’elle avait saisi les serveurs de l’entreprise responsable de ce programme.

« Le pic de l’attaque a été enregistré à 16 h [9 h à Montréal]. La police a bloqué l’envoi et l’activation du virus depuis les serveurs du système M.E.Doc », qui ont été saisis, a déclaré M. Avakov sur sa page Facebook.

La police ukrainienne a indiqué que l’entreprise produisant le logiciel était au courant des vulnérabilités dans son système, mais qu’elle avait choisi de les ignorer.

Le logiciel M.E.Doc a été identifié par les autorités ukrainiennes comme la source de diffusion du rançongiciel qui a infecté des milliers d’ordinateurs dans le monde entier la semaine dernière après avoir en premier frappé l’Ukraine.

Ce virus, qui a perturbé des infrastructures critiques et multinationales, bloquait les ordinateurs jusqu’au paiement de 300 $ en monnaie virtuelle, mais des experts y ont vu un prétexte pour détruire des données.

Cette attaque, dont les dégâts sont restés relativement mesurés, rappelait celle effectuée le 12 mai à l’aide du virus WannaCry, qui avait affecté des centaines de milliers d’ordinateurs dans le monde, paralysant certains services publics et plusieurs entreprises.