Au Front national, l’heure des règlements de comptes a sonné

Marine Le Pen et Florian Philippot, vice-président du FN.
Photo: Frédérick Florin Agence France-Presse Marine Le Pen et Florian Philippot, vice-président du FN.

La performance de Marine Le Pen a navré bon nombre de ses partisans, et la réforme guette. Si certains osent même s’attaquer à la candidate, fait exceptionnel dans ce parti d’extrême droite où le chef est tout puissant, ce sont surtout ses conseillers les plus proches qui sont visés.

Ce sont des mots que l’on n’avait jamais entendus au Front national. Des mots durs et désabusés, dont la cible n’est autre que Marine Le Pen. Dimanche, une fois la défaite certaine et son discours prononcé, elle esquissait quelques pas de danse tandis que ses proches saluaient un résultat « historique ». Plus discrètement, d’autres ouvraient le procès d’une candidate jugée défaillante, dont l’emprise sur le FN pourrait être mise à rude épreuve dans les prochains mois.

Pour beaucoup, c’est le débat du second tour qui aura fait office de révélateur. Agressive et parfois triviale, Le Pen a déçu, y compris parmi ses soutiens. « On a découvert qu’elle n’avait pas seulement un problème de ligne, mais de mentalité : elle n’est pas capable de se contraindre au nom d’impératifs politiques », juge un acteur de sa campagne. « En voyant ça, on s’est sentis trahis, renchérit un jeune frontiste. Dans mon entourage, le ressentiment est énorme. Des gens qui adoraient Marine se sont mis à la détester. » Même déception chez cet élu sudiste : « J’avais des amis de droite prêts à voter Marine, mais le soufflé est retombé tout de suite après le débat. Dans les fédérations de ma région, l’état d’esprit, c’est : “Ça va bien cinq minutes.” Du vieux pied-noir au gaulliste en passant par les jeunes, tout le monde pense qu’elle nous a plantés. » Pour un important conseiller régional, « Marine doit désormais aller très loin dans le retrait : elle devrait n’être plus qu’une porte-parole du FN, au sein d’un triumvirat ou sous un président aux pouvoirs réduits ».

« Lâcher du lest »

Dans ce parti ultracentralisé, où la proximité de la présidente est l’enjeu de bien des luttes et des rancunes, les principaux conseillers de celle-ci sont aussi en première ligne. « Marine a bon fond, mais elle ne sait pas s’entourer », juge un jeune cadre. Sont fréquemment visés Philippe Olivier, son beau-frère, et Florian Philippot, vice-président du FN, qui ont rivalisé pour l’oreille de Marine Le Pen durant la campagne. « Quand une montgolfière commence à descendre, il faut lâcher du lest, poursuit le conseiller régional déjà cité. Marine doit prouver qu’elle sait trancher, qu’elle n’accorde plus la même importance à une certaine équipe, à commencer par la personne responsable de la communication et de la stratégie », attributions de Philippot.

Lundi, la consternation dominait aussi chez certains compagnons de route du FN. Comme l’influent blogue traditionaliste « Le Salon beige », dont le principal auteur, Michel Janva, a soutenu Marine Le Pen au second tour. Dans un billet publié lundi, il juge que l’ex-candidate « peut sans doute se maintenir à la tête du FN. Mais, comme Jean-Marie Le Pen entre 2002 et 2010, ce serait pour présider un cycle pour rien. Un cycle où ni les cadres, ni les militants, ni les électeurs ne croiront plus la victoire possible à l’horizon visible ». Quant à Julien Rochedy, ex-président du Front national de la jeunesse devenu soutien critique du parti, il compare celui-ci « au PCF [Parti communiste français] des années 1970 : une grosse base populaire qu’il stérilise par incapacité, et absence de volonté, à aller au-delà ».

Marine doit prouver qu’elle sait trancher, qu’elle n’accorde plus la même importance à une certaine équipe, à commencer par la personne responsable de la communication et de la stratégie

 

La situation n’est pas sans rappeler celle qui avait succédé aux régionales de 2015. En dépit de scores parfois spectaculaires, le FN n’y avait pas remporté la moindre région. Cet échec avait provoqué dans l’appareil un certain abattement. Et un début de contestation, que Marine Le Pen avait tenté de canaliser en organisant un « séminaire » à Étiolles, en région parisienne : l’occasion pour certaines éminences frontistes de proposer plusieurs changements dans le discours de leur championne, notamment sur les sujets économiques. Des avis que Le Pen n’aura suivis qu’en partie, ou très tardivement, dans cette campagne.

Dimanche soir, l’ex-candidate a de nouveau voulu préempter l’inévitable débat interne, en annonçant une « transformation profonde » du parti. Le cadre devrait en être le prochain congrès du FN, fin 2017 ou début 2018. L’occasion de remettre sur la table l’idée d’un changement de nom du parti et sans doute, cette fois, de la mener à bien. L’occasion également d’« ouvrir » le FN à de nouveaux talents — autre vieux projet resté, jusqu’ici, à l’état d’ambition.

« Révolution culturelle »

Si les détails n’en sont pas encore connus, la réforme doit offrir l’illusion d’un nouveau départ, comme le fut pour l’ex-UMP [l’Union pour un mouvement populaire] sa transformation en Les Républicains. Façon de laisser derrière soi la sulfureuse hérédité du FN, ses échecs politiques, mais aussi (autre point commun avec la droite) les nombreuses procédures judiciaires qui menacent le parti. Mais sa réforme est également une véritable aspiration de la part de nombreux cadres, tant la vie interne du Front national apparaît aujourd’hui sclérosée. « On est dans une situation démente, où le bureau politique n’est plus convoqué depuis le début de la campagne, le comité central [le parlement du parti] depuis des lustres, où Jean-Marie Le Pen est toujours président d’honneur et où les réunions se tiennent en catimini pour ne pas devoir l’y inviter », souligne un frontiste. Comme beaucoup de ses pairs, celui-ci veut voir facilitée l’expression des courants internes. L’idée n’a rien d’une évidence dans un parti où les dissidences, voire les simples nuances, peuvent conduire à la disgrâce ou à la mise à pied. « Si le but de la réforme est de rallier à nous quelques seconds couteaux en quête de mandats, cela ne servira à rien, prévient un autre. C’est une révolution culturelle qu’il nous faut. »

Problème pour Marine Le Pen : une application rigoureuse de cette logique la verrait passer la main avant la prochaine présidentielle. « L’élection d’un type de 39 ans, cela rend tout le monde vieux, sauf Marion Maréchal-Le Pen, estime un élu. Marion est pour l’union des droites et n’est impliquée, elle, dans aucune affaire judiciaire. » Coqueluche des militants, la députée du Vaucluse est bien, malgré son jeune âge, la plus évidente solution de rechange à sa tante. Aucun autre profil n’émerge d’une « opposition interne » éclatée, dont les acteurs ont pour l’instant observé la plus grande discrétion et ne sont parfois réunis que par leur scepticisme commun vis-à-vis de la direction du FN. Resterait à convaincre l’intéressée, tentée par un retrait précoce de la vie politique, de se sacrifier. Au nom de l’intérêt supérieur de la cause frontiste.

1 commentaire
  • Gilles Bonin - Abonné 9 mai 2017 03 h 27

    Allez...

    Allez étrillez-vous! Papa et Marion haro sur Marine; ne perdez pas le fond de commerce. Et vous bon peuple allez voir ailleurs s.v.p.