Le Pen plagie. Et assume.

Marine Le Pen a promis mardi qu’elle consacrerait 0,7 % du PIB à la « coopération avec l’Afrique », lors d’une rencontre à Paris organisée par Andrea Ngombet, exclu en 2013 du parti de droite UMP.
Photo: Thomas Samson Agence France-Presse Marine Le Pen a promis mardi qu’elle consacrerait 0,7 % du PIB à la « coopération avec l’Afrique », lors d’une rencontre à Paris organisée par Andrea Ngombet, exclu en 2013 du parti de droite UMP.

Paris — Marine Le Pen, candidate de l’extrême droite au second tour de la présidentielle française, a plagié le 1er mai au moins quatre passages d’un discours prononcé mi-avril par François Fillon. Un « clin d’oeil » qu’elle a dit mardi assumer « totalement » alors que les appels à soutenir le centriste Emmanuel Macron se sont multipliés, à la veille d’un duel télévisé crucial avec sa rivale.

Le 15 avril, M. Fillon louait notamment dans son discours au Puy-en-Velay la géographie de la France, et notamment ses « frontières terrestres : les Pyrénées d’abord, qui engagent la France dans cet immense ensemble qu’est le monde hispanique et latin. Il y a la frontière des Alpes, vers l’Italie notre soeur et, au-delà, l’Europe centrale, balkanique et orientale ».

 

Quinze jours plus tard, lors de sa réunion lundi à Villepinte (Seine-Saint-Denis), Marine Le Pen, qui cherche à séduire l’électorat conservateur, a prononcé les mêmes phrases, pratiquement au mot près.

 

Interrogé par l’AFP sur ce plagiat, Florian Philippot, vice-président du parti Front national de Mme Le Pen, a assuré qu’il s’agissait en fait d’un « clin d’oeil assumé à un bref passage touchant d’un discours sur la France » de la part « d’une candidate de rassemblement qui montre qu’elle n’est pas sectaire ».

Mardi, la candidate a utilisé les mêmes mots que M. Philippot en affirmant assumer « totalement ce clin d’oeil ». « Nous avons avec les électeurs de François Fillon […] en partie la même vision de la France, de sa grandeur, du rôle qu’elle doit avoir dans le monde », a-t-elle expliqué.

« Ce n’est pas parce que la France est malade qu’il faut se jeter dans le vide », a répliqué François Fillon, qui avait appelé dès le soir du premier tour à voter Emmanuel Macron pour contrer l’extrême droite.

Mme Le Pen a par ailleurs promis mardi soir qu’elle consacrerait si elle était élue 0,7 % du PIB, soit « à peu près 15 milliards d’euros » à la « coopération avec l’Afrique », et a rejeté les « accusations mensongères » de racisme et de xénophobie, lors d’une rencontre à Paris consacrée à la politique africaine.

Barrage

Face à l’abstention susceptible de favoriser l’extrême droite dimanche au deuxième tour de la présidentielle, tribunes et pétitions en faveur du jeune candidat s’enchaînent pour faire barrage à la candidate du Front national (FN), contre laquelle Emmanuel Macron a promis un « corps-à-corps » au débat de mercredi.

Les sondages donnent actuellement l’avantage à M. Macron avec 60 % des intentions de vote, mais l’écart avec Mme Le Pen semble se resserrer. L’abstention oscillerait entre 22 et 28 % dimanche, et beaucoup craignent qu’elle ne profite à l’extrême droite.

Les militants du mouvement de gauche radicale dirigé par Jean-Luc Mélenchon ont opté aux deux tiers pour le vote blanc ou l’abstention, seuls 35 % d’entre eux s’étant prononcés pour un vote Macron dans une consultation interne qui ne proposait pas le choix du vote Le Pen.

Les artistes donnent également de la voix pour faire barrage à la candidate anti-immigration et anti-euro. Parmi eux, les cinéastes Mathieu Kassovitz et Luc Besson, le directeur du célèbre festival d’Avignon, Olivier Py, ou encore le Prix Nobel de littérature Jean-Marie Gustave Le Clézio.

Côté médias, le grand quotidien catholique La Croix a appelé mardi à voter Macron, emboîtant le pas à une série d’autres journaux nationaux.

24 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 2 mai 2017 07 h 37

    Le clou!


    En espérant que ce plagiat mettra le clou dans la campagne de Marine Le Pen. La farce a assez duré.

    M.L.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 2 mai 2017 18 h 07

      Ah ! le plagiat par copier-coller par un rédacteur de discours, quelle farce comme vous dites. Pour les médias, comme pour vous, toutes les raisons sont bonnes pour diaboliser Marine LePen.

      N’observez-vous pas qu’il y a peu de journalistes et de chroniqueurs qui prennent la peine d’analyser ce qu’elle a dit sur l’identité française qu’elle dit menacée, sur la nation, sur les frontières de la France, sur la libre circulation des travailleurs dans les pays européens, sur les politiques d’immigration imposées par l’Union européenne.

    • Chantale Desjardins - Abonnée 3 mai 2017 08 h 05

      Ce n'est pas du plagiat mais un texte de François Filion qui ne faisait que qu'une lecture pour mieux faire comprendre à la population de affinité avec lui. On peut ne pas l'aimer mais lui attribuer du plagiat c'est de la prendre pour une stupide. Elle mérite d'être élue présidente de la France car elle en a la capacité.

    • Serge Morin - Inscrit 3 mai 2017 08 h 14

      Bravo pour votre profonde réflexion.
      Que serions nous sans vos Lumières?

  • Lise Bélanger - Abonnée 2 mai 2017 08 h 05

    S'en prendre à Mme Le Pen pour une telle partie de discours est tout simplement ridicule.

    Que l'on soit pour ou contre les politiques du FN, Mme Le Pen ne jouit pas, comme les autres grands partis français, d'autant de temps au niveau des médias. Elle est défavorisée sur cet aspect. Par contre, s'en prendre à elle pour avoir parler de la géographie française, qui est la même pour tous les partis, alors c'est que les médias n'ont rien à dire de sérieux contre elle.

    • Maxime Parisotto - Inscrit 3 mai 2017 10 h 35

      "Mme Le Pen ne jouit pas, comme les autres grands partis français, d'autant de temps au niveau des médias"


      FAUX!

    • Robert Aubin - Inscrit 3 mai 2017 10 h 58

      J'appuie votre commentaire.

  • Gilles Théberge - Abonné 2 mai 2017 09 h 00

    Ah bon, elle écrit elle-même ses discours. C'est bon à savoir. C'est la seule politicienne que je connaisse qui fasse ça.

    Elle est tellement démonisée que c'est intriguant. Hier il y avait un article dans le devoir, qui faisait état de toutes les manifestations de chaque groupuscule de gauche qui déchirait sa chemise sur la place publique contre les discours de haine de Marine LePen.

    Sauf que si on écoute bien ses discours on entend pas la même chose. C'est ben pour dire comme on entend ce qu'on veut hein!

    "Osez" aller entendre ce qu'elle dit, au lieu de vous fier à radio Canada et au Devoir...

  • Colette Pagé - Abonnée 2 mai 2017 11 h 04

    Poutine et Trump voteraient pour Marine Le Pen !

    Il faut reconnaître à la candidate du Front national des dons oratoires frisant la démagogie et qui sait comme personne d'autre utiliser la Peur de l'Autre comme un mantra qui a comme résultat de rejoindre la France d'en bas.

    Les laissés-pour-compte de la mondialisation, les retraités, les agriculteurs, les chômeurs qui ne se retrouvent pas dans le discours d'Émannuel Macron.

    Se pourrait-il que le nombre élevé d'abstention que certains estiment à plus de 20 % ait comme conséquence de donner la victoire à la candidate du Front national ?

    Dans l'affirmative le réveil de la France sera brutal.

  • Jean Antonelli - Abonné 2 mai 2017 11 h 15

    Naïveté

    N'est-il pas étonnant que nous perdions notre temps, notre salive, nos énergies à commenter un tel sujet! Les politiques passent, les gouvernements demeurent. Que ce soit la gauche, la droite, le centre, le sous-sol, le penthouse, la mascarade «démocratique» des élections ne change strictement rien, hormis une couverture tirée un peu plus d'un côté que de l'autre, selon les humeurs ou le cynisme des électeurs. Le pouvoir n'est pas dans les mains de l'État. Alors qu'on se tiraille à qui mieux mieux pour en obtenir la gouverne, ne change strictement rien aux enjeux auxquels nous avons à faire face en tant qu'humanité habitant cette exceptionnelle planète qui est la nôtre, et qui n'a de valeur, au yeux du grand Capital, que pour ce qu'on peut en tirer:ressources, profits,pouvoir. Que marine le Pen s'appropie des éléments de discours de ses adversaires montre bien que la fin justifie les moyens. Le pouvoir à tout prix. L'Histoire en a vu d'autres Marine LePen. Et la plupart, sinon tous, ont laissé plus de cendres de leur crémation que de réalisations dignes de passer à la postérité, sinon de douloureux souvenirs...

    • Louis Simard - Abonné 3 mai 2017 10 h 55

      C'est bon, les cyniques blasés peuvent aller voir ailleurs s'ils considèrent que nous perdons notre temps à discuter. Qu'ils donnent l'exemple...

    • Louis Simard - Abonné 3 mai 2017 10 h 57

      Étonnant ces supporters de MLP dans les pages du Devoir! Étonnant... Décevant.

    • Maxime Parisotto - Inscrit 3 mai 2017 14 h 52

      @Louis Simard

      Oui...y a des imbéciles et des ignorants partout...