Élection présidentielle: des milliers de Français font la file pour voter à Montréal

Dès l'ouverture des bureaux de vote, ils étaient plusieurs centaines à attendre patiemment leur tour dans le froid et la grisaille.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Dès l'ouverture des bureaux de vote, ils étaient plusieurs centaines à attendre patiemment leur tour dans le froid et la grisaille.
Des milliers de Français se sont présentés tôt samedi matin au Collège Stanislas de Montréal afin de voter pour le premier tour de l'élection présidentielle française. À 8 h, dès l'ouverture des bureaux de vote, ils étaient plusieurs centaines à attendre patiemment leur tour dans le froid et la grisaille. En fin de matinée, l'attente était d'au moins deux heures. 

« Je suis arrivée à 8 h 5 et j'ai attendu une heure avant d'entrer dans la salle, une fois le contrôle d'identité effectué c'est très rapide », soutient Bérénice Tutin. Installée depuis 7 ans à Montréal, cette Française s'est dite surprise, mais « très contente » de voir autant de personnes se déplacer pour aller voter un samedi matin. 

Un avis que partage Valerie Amiraux. Arrivée avant même l'ouverture des bureaux dans le quartier Outremont, elle a quant à elle attendu une quarantaine de minutes avant de pouvoir voter. « Déjà en 2012 il y avait du monde, alors je me suis organisée cette année », explique-t-elle.

Loin de perdre patience, cette Française d'origine trouve plutôt rassurant de voir autant de monde en dépit du temps maussade et plutôt froid. « C'est galvanisant de voir les gens aussi nombreux, de tous les âges, jeunes, personnes âgées, familles avec poussettes. On sent que le vote à l'étranger, c'est un des rituels qui survit malgré la distance avec le pays d'origine », confie-t-elle. 
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir

La file ne cessait de s'agrandir en fin de matinée. « Quand je suis sortie, ça faisait déjà tout le tour du Collège Stanislas. On devait au moins être à 2 h d'attente », croit Bérénice Tutin. 

De son côté la chef du service de presse du Consulat général de France de Montréal et celui de Québec, Michèle-Ann Okolotowicz, ne remet absolument pas en question l'organisation de l'événement. « On a une trentaine d'agents et d'autres personnes qui sont venus aider pour organiser. On connaissait les chiffres d'avance », explique-t-elle. 

Elle rappelle que pas moins de 58 000 électeurs français se sont inscrits sur la liste électorale consulaire de Montréal pour faire valoir leur vote cette année. Lors de la dernière élection présidentielle en 2012, ils étaient 44 000. 

Et à moins d'avoir entrepris les démarches pour voter par procuration, ils devaient tous se déplacer jusqu'à Montréal où se trouvent les 24 bureaux de vote, au Collège Stanislas. « Exceptionnellement cette année on a un autre bureau à Ottawa pour tous ceux de la région de Gatineau et de l'Outaouais », ajoute-t-elle.

« On a la plus grosse communauté française hors Union européenne au monde. C'est comme si toute la population de Villeray allait voter aujourd'hui », précise Mme Okolotowicz. Rien d'étonnant selon elle à ce qu'une file se soit formée aussi rapidement, considérant que les bureaux de vote seront ouverts juste 12 h aujourd'hui.
 

À voir en vidéo