Préoccupée par la Russie, la Suède rétablit la conscription

Des blindés de l'armée suèdoise, ici en 2016
Photo: Soren Anderson / TT News / Agence France-Presse Des blindés de l'armée suèdoise, ici en 2016

La Suède a annoncé jeudi le rétablissement du service militaire dès cet été, sept ans après l’avoir abandonné, invoquant l’évolution de la situation sécuritaire, sur fond d’affirmation des ambitions russes dans la région.

Le retour de la conscription « fait partie de l’ambition d’augmenter la capacité militaire » du pays alors que la situation de sécurité évolue, a déclaré le ministre de la Défense Peter Hultqvist à l’AFP. « Nous sommes dans un contexte dans lequel la Russie a annexé la Crimée, constate-t-il. Elle fait plus d’exercices dans notre voisinage proche. »

La Suède, qui n’a pas connu de conflit armé sur son territoire depuis plus de deux siècles, ne fait pas partie de l’OTAN. Elle n’a pas de frontière terrestre avec la Russie, mais les deux pays sont riverains de la mer Baltique et Moscou dispose d’une base navale à Baltiïsk, dans la région de Kaliningrad.

« Nous avons vu que les unités n’arrivaient pas à être remplies sur la base du volontariat. Il fallait prendre une décision pour compléter le système, c’est pour cela que nous réactivons la conscription », a précisé M. Hultqvist.

Crainte ravivée

La crainte représentée par la Russie a été ravivée par l’incursion d’un sous-marin non identifié dans l’archipel de Stockholm à l’automne 2014.

« La démonstration du pouvoir russe a longtemps été sous-estimée et on lui trouvait des excuses », a expliqué un expert en questions de sécurité, Wilhelm Agrell. Depuis l’hiver 2014, « on voit la Russie comme expansionniste et prête à utiliser la violence pour favoriser ses intérêts ».

Le gouvernement avait décidé en mars 2015 de remilitariser la plus grande île du pays, Gotland, située à l’est du pays, où la dernière caserne avait fermé dix ans auparavant. Depuis septembre, 150 hommes sont stationnés sur l’île.

En juin 2015, un centre de réflexion américain, le Centre d’analyse des politiques européennes, avait affirmé dans un rapport sur la géostratégie en mer Baltique que la Russie avait entraîné 33 000 militaires à envahir des sites étrangers, y compris Gotland.

11 mois de service

Instauré pour la première fois en 1901, le service militaire obligatoire avait été mis en sommeil le 1er juillet 2010 et remplacé par le volontariat.

D’après le décret adopté jeudi à l’issue du conseil des ministres, le service militaire durera 11 mois.

À partir du 1er juillet 2017, tous les Suédois nés après 1999 seront contactés et devront répondre à un questionnaire. Sur la base de leurs réponses, quelque 13000 jeunes seront choisis et mobilisés. Le processus de sélection ne s’arrête pas là puisque seuls 4000 d’entre eux, un chiffre qui correspond aux besoins des forces armées, seront appelés sous les drapeaux chaque année après le 1er janvier 2018.

À voir en vidéo