Un humanitaire tchèque détenu au Soudan libéré

Khartoum — Un travailleur humanitaire tchèque, condamné à 24 ans de prison au Soudan pour espionnage et incitation à la haine, a été libéré dimanche et a quitté le pays, a indiqué un responsable. Petr Jasek, 53 ans, a été arrêté en décembre 2015 et condamné en janvier dernier par un tribunal soudanais pour infiltration dans le pays sans visa, espionnage, prise d’images dans des zones militaires et incitation à la haine entre les communautés, selon son avocat. Membre de l’Église fraternelle (Cirkev Bratrska), petite Église protestante tchèque, il était venu au Soudan pour aider la minorité chrétienne, selon des médias tchèques. C’est le ministre soudanais des Affaires étrangères Ibrahim Ghandour qui a annoncé plus tôt, au côté de son homologue tchèque Lubomir Zaoralek à Khartoum, la grâce par le président Omar el-Béchir de l’humanitaire tchèque. M. Jasek a ensuite quitté le pays avec le ministre tchèque.