Après les émeutes à Bobigny, la France craint la contagion

Après deux nuits consécutives de violence, plusieurs n’hésitent plus à évoquer le souvenir encore vivace des émeutes de 2005.
Photo: Grégoire Ozan Agence France-Presse Après deux nuits consécutives de violence, plusieurs n’hésitent plus à évoquer le souvenir encore vivace des émeutes de 2005.

« Ils veulent la révolution. » « Ce n’est pas acceptable ce qu’ils ont fait. » « Ça va mal finir. » À Noisy-le-Sec, dimanche, la commune était en émoi après la nuit d’émeute qu’a connue la ville de Bobigny juste en face, à 15 minutes à pied de l’autre côté du canal de l’Ourcq. Dans la rue principale, ça discutait fort. Si certains jeunes défendaient la réaction des manifestants à la suite de la mise en examen pour violence de quatre policiers, dont l’un est soupçonné d’avoir violé le jeune Théo à Aulnay-sous-Bois le 2 février, d’autres étaient en colère contre les émeutiers. Malgré un rassemblement jusque-là pacifique, ceux-ci ont en effet détruit la gare, fracassé les vitrines et mis le feu aux cars de reportage des médias et à des voitures. On aurait même évité un drame lorsqu’une fillette seule dans une voiture a été secourue par un jeune du quartier. « Si ça continue, on va l’avoir, le Front national ! », hurlait un jeune au téléphone sur l’avenue Anatole-France.

Après deux nuits consécutives de violence, plusieurs n’hésitent plus à évoquer le souvenir encore vivace des émeutes de 2005. Vingt jours d’une véritable guérilla urbaine avaient alors enflammé la France, se soldant par 300 bâtiments publics vandalisés, 10 000 véhicules incendiés et 56 policiers blessés. Un miracle qu’il n’y ait pas eu de mort.

Cette fin de semaine, les manifestants n’ont d’ailleurs pas craint de multiplier les références à Zyed et Bouna. En 2005, c’est la mort de ces deux jeunes de Clichy-sous-Bois, réfugiés dans un transformateur électrique pour fuir un contrôle d’identité, qui avait mis le feu aux poudres. « La France comme en 2005 », disait l’appel diffusé dimanche sur les réseaux sociaux invitant à se retrouver à Argenteuil. « Venez équipé et capuché, y a des caméras. En masse et foutez le zbeul [bordel] », pouvait-on y lire. Résultat : plusieurs voitures incendiées, des abribus détruits et un chauffeur de bus blessé au visage. Selon Le Figaro, qui a eu accès au rapport confidentiel du préfet de police, au moins 50 incidents dans une trentaine de communes en Île-de-France ont été recensés dans la nuit de dimanche.

Profil bas

Samedi soir à Bobigny, les policiers ont dû tirer une centaine de grenades lacrymogènes pour faire reculer les assaillants. Au plus fort des affrontements, parmi les insultes adressées aux policiers, on entendait « Allahu Akbar ». Des échauffourées ont aussi eu lieu à Drancy.

Tout cela alors que la France est toujours sous la loi de l’état d’urgence. Plusieurs élus, dont le candidat de la droite François Fillon, en campagne à La Réunion, se sont étonnés qu’on n’ait pas interdit une manifestation dont il était facile de prévoir qu’elle dégénérerait, disent-ils. « Le gouvernement ne doit pas laisser s’exprimer la violence, dont les premières victimes sont toujours les habitants des banlieues », a déclaré François Fillon. Le socialiste Julien Dray craint quant à lui « l’instrumentalisation de ces situations […] sur le terrain, par des groupes qui sont extrêmement radicaux et qui poussent à la confrontation ».

Personne n’ose imaginer ce que donneraient de telles émeutes à répétition à moins de dix semaines de l’élection présidentielle. De peur que l’histoire ne se répète, le gouvernement tente de lancer des signaux d’apaisement. La semaine dernière, le président François Hollande s’était rendu à l’hôpital au chevet de Théo. Ce mardi, il sera à Aubervilliers pour parler de l’emploi des jeunes et à nouveau dans une banlieue sensible jeudi lors d’un déplacement à Rennes.

Les policiers ont visiblement la consigne de faire profil bas, quitte à se laisser lapider sans rien dire. Dimanche, aux Ulis dans l’Essonne, un commissariat a été attaqué à coups de projectiles et de cocktail Molotov à quatre reprises durant la nuit. Aucune arrestation n’a été faite. Les policiers ont passé la nuit sans bouger, réfugiés à l’intérieur. Alors qu’il est critiqué à droite pour son manque de soutien aux forces de l’ordre, François Hollande devrait rencontrer des policiers vendredi à Chartres et à Dreux.

Tensions à leur comble

Lundi, le premier ministre, Bernard Cazeneuve, a reçu à Matignon des organisations antiracistes. Celles-ci dénoncent les contrôles « au faciès » et réclament l’émission d’un « récépissé » à chaque contrôle d’identité. Selon le quotidien Le Monde, il se produirait environ 14 millions de contrôles d’identité sur le territoire français chaque année. Le ministre de l’Intérieur Bruno Leroux a écarté cette solution, jugée trop complexe, au profit du déploiement de minicaméras vidéo portatives. Selon lui, la manifestation de Bobigny se voulait pacifique, mais elle « a été pourrie par des groupes de casseurs ». La candidate du Front national, Marine Le Pen, y voit plutôt « la conséquence du laxisme […] qui est la responsabilité des politiques qui nous ont gouvernés pendant des années ».

Chose certaine, les relations de la police avec ces banlieues, où on leur tend parfois des embuscades, restent extrêmement difficiles. Pour de nombreux policiers, les événements d’Aulnay-sous-Bois doivent être mis en perspective avec le guet-apens dans lequel sont tombées les forces de l’ordre le 8 octobre dernier près du quartier de la Grande-Borne, au sud de Paris. Ce jour-là, deux policiers avaient été gravement brûlés dans leur voiture alors qu’un groupe de jeunes y avaient lancé des cocktails Molotov en bloquant les portes. Les analystes soulignent aussi la tension extrême à laquelle sont soumis les policiers après 15 mois d’état d’urgence pendant lesquels ils ont été sur tous les fronts. Même les journalistes semblent dans le viseur des émeutiers puisque, à Bobigny, un représentant de l’AFP s’est fait arracher sa caméra alors qu’un autre de BFMTV a été agressé après avoir terminé son travail.

« La France simpliste est schizophrénique, écrit dans Le Figaro le chroniqueur Gilles-William Goldnadel. Hier, elle était Charlie. Elle aimait toute la police. Aujourd’hui, toute la police est raciste ». Parmi les quatre policiers mis en examen pour « violence volontaire en réunion » sur le jeune Théo, l’un d’eux est toujours accusé de viol, même si le rapport de l’Inspection générale de la police nationale parle de violence « non intentionnelle ». L’instruction pourrait durer plusieurs mois, surtout si l’accusation de viol est maintenue, celle-ci devant obligatoirement être tranchée en cour d’assises.

7 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 14 février 2017 00 h 59

    qu'il soit puni jusqu'a la cinquiéme génération

    faut- il endurer le meurtre gratuit ou le punir si sévèrement qu'il désuade tous ceux qui auraient envie de faire la meme chose, faut il qu'il soit puni jusqu'a la cinquième génération, je sais, je sais ce n'est pas une logique qui vous est famillière,seul les dieux peuvent penser comme ca

  • Clermont Domingue - Abonné 14 février 2017 10 h 26

    Recherche de sens.

    * Si tu veux qu'ils se querellent, donne leur du grain.Si tu veux qu'ils soient unis, oblige-les à construire une tour.*

  • Cécile Comeau - Abonnée 14 février 2017 13 h 03

    Incroyable!

    On laisse les commissariats se faire attaquer, sans droit de se défendre.

    Tel que cité dans l’article : « Les policiers ont visiblement la consigne de faire profil bas, quitte à se laisser lapider sans rien dire. Dimanche, aux Ulis dans l’Essonne, un commissariat a été attaqué à coups de projectiles et de cocktail Molotov à quatre reprises durant la nuit. Aucune arrestation n’a été faite. Les policiers ont passé la nuit sans bouger, réfugiés à l’intérieur. »

    C’est le monde à l’envers. Hollande laisse les voyous faire la loi en France. Ici, ils auraient eu droit à une séance de matraquage en règle et la population aurait été solidaire aux forces de police.

    • Clermont Domingue - Abonné 14 février 2017 14 h 51

      Je crois que les autorités françaises savent ce qu'elles font.Au bord de la révolution, il vaut mieux laisser sortir le méchant que tuer des centaines de gens.

    • Jean-Christophe Leblond - Abonné 15 février 2017 10 h 11

      Lorsque je lis les reportages de Christian Rioux, j'ai toujours l'impression de lire un récit soigneusement construit avec moult anecdotes invérifiables (des impressions, un fragment de conversation entendu...), qui contient en filigrane le même message que ses chroniques.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 14 février 2017 14 h 25

    … la France quitte la France !

    « La France simpliste est schizophrénique, écrit dans Le Figaro le chroniqueur Gilles-William Goldnadel. Hier, elle était Charlie. Elle aimait toute la police. Aujourd’hui, toute la police est raciste ». (Christian Rioux, le Devoir)

    « Schizo » ou selon, la France, avec ce qui se passe, semble être en-train de quitter ses propres valeurs, notamment celles des Lumières !

    De ce point, on-dirait que …

    … la France quitte la France ! - 14 fév 2017 -

  • Serge Lamarche - Abonné 14 février 2017 20 h 04

    Les banlieues

    Tous ça semble relié à la fabrication des banlieues de HLM qui ressemblent plus à Détroit, aux É-U. Pour ajouter l'insulte, ils font des vérifications d'identité là-bas. Moi, je deviendrais méchant si la police me demandait mes papiers sans raison. Juste recevoir une contravention ou un avertissement est assez choquant. Sans raison, ce serait chercher les problèmes. Des caméras seraient plus subtiles. Comme en angleterre.
    La solution n'est peut-être pas évidente mais il faudrait impliquer les sans-emplois dans une croissance quelconque.