Nétanyahou ne veut pas rater la «chance formidable» que représente l’élection de Trump

Benjamin Nétanyahou a déclaré dimanche soir devant le Conseil des ministres restreint qu’il levait toutes les restrictions à la colonisation à Jérusalem-Est.
Photo: Ronen Zvulun / Pool via Associated Press Benjamin Nétanyahou a déclaré dimanche soir devant le Conseil des ministres restreint qu’il levait toutes les restrictions à la colonisation à Jérusalem-Est.

Jérusalem — Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a estimé lundi que l’investiture de Donald Trump aux États-Unis représentait une « chance formidable » pour Israël, mais a appelé ses alliés de droite à ne pas brusquer le mouvement.

Après huit années de « pressions énormes » exercées par l’administration Obama sur Israël au sujet de l’Iran et des colonies, « nous sommes en face d’une chance formidable pour la sécurité et l’avenir de l’État d’Israël. Mais cela exige sens des responsabilités et retenue de notre part, afin de ne pas manquer cette occasion », a-t-il dit à des députés de son parti, le Likoud.

M. Nétanyahou, à la tête de l’un des gouvernements les plus à droite de l’histoire d’Israël, est confronté à la pression de ses alliés. Ceux-ci voient dans l’accession de M. Trump à la présidence une chance unique de poursuivre la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, territoires palestiniens occupés, voire d’annexer la plus grande partie la Cisjordanie.

M. Nétanyahou a déclaré dimanche soir devant le conseil des ministres restreint qu’il levait toutes les restrictions à la colonisation à Jérusalem-Est, annexée et occupée par Israël, maintenant que Barack Obama, hostile aux colonies, avait quitté la Maison-Blanche, ont rapporté différents médias.

Ne pas dégainer trop vite

M. Nétanyahou a déclaré par ailleurs qu’il comptait poursuivre la colonisation dans les grands blocs de colonies de Cisjordanie, selon des médias. Il a dit aussi qu’à ses yeux, non seulement ces blocs, mais toutes les colonies devaient rester sous souveraineté israélienne dans un éventuel accord qui mettrait fin à des décennies de conflit avec les Palestiniens, ont ajouté ces médias. Interrogé, le gouvernement n’a pas confirmé ces propos.

Mais, selon les médias, ces engagements ont contribué à convaincre le Foyer juif, parti nationaliste religieux et partenaire essentiel de la coalition gouvernementale, de repousser à plus tard un texte de loi qui annexerait l’une des plus grandes colonies de Cisjordanie, Maale Adumim.

M. Nétanyahou compte évoquer la question de Maale Adumim lors d’une rencontre prévue début février avec M. Trump et entend ne pas imposer de faits accomplis à la nouvelle administration américaine, ont dit des proches du premier ministre israélien.

Après les pressions de la part de l’administration Obama, « je salue assurément le changement de disposition » à la Maison-Blanche, a déclaré M. Nétanyahou lundi, selon le Likoud. Mais « ce n’est pas le moment de dégainer sans crier gare. L’heure n’est pas aux diktats ni aux surprises, l’heure est à une diplomatie responsable et raisonnable vis-à-vis de nos amis » américains, selon lui.

Dans l’intérêt d’Israël et de la colonisation, « je suggère à tout le monde […] de me laisser diriger le mouvement », a encore dit le premier ministre.

Le premier ministre appelle à la prudence dans la poursuite de la colonisation.


Paris condamne la colonisation juive

La France a condamné lundi le feu vert donné par Israël à la construction de centaines de logements à Jérusalem-Est, soulignant que « la colonisation constitue une menace grave pour la solution à deux États » israélien et palestinien. Israël a relancé dimanche la colonisation avec l’octroi de permis de construire pour 566 logements dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville. « La colonisation constitue une menace grave pour la solution à deux États, à laquelle la communauté internationale a rappelé son attachement lors de la conférence internationale de Paris le 15 janvier dernier », a déclaré le porte-parole du Quai d’Orsay, Romain Nadal.
8 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 24 janvier 2017 06 h 55

    … retenue !

    « nous sommes en face d’une chance formidable pour la sécurité et l’avenir de l’État d’Israël. Mais cela exige sens des responsabilités et retenue de notre part, afin de ne pas manquer cette occasion » (Benjamin Nétanyahou, premier ministre, Israël)

    Bien que la France ait condamné, lundi, la construction de nouveaux logements dans Jérusalem-Est et que l’élection de Trump à la Maison-Blanche y soit favorable, il demeure, dans l’intérêt de tous et chacun, qu’Israël, réalisant ce dont il a droit, soit en mesure de paix et de sagesse !

    Oui, pour cette chance unique ou audacieuse, mais avec douceur, sérénité et …

    … retenue ! - 24 jan 2017 -

    • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 24 janvier 2017 11 h 02

      '', qu'Israël, réalisant ce dont il a droit,...''.( Marcel Blais ).

      M. Blais, est-ce que la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem-est est un droit pour Israël?

      Si votre réponse est oui, le droit international et l'O.N.U. certifient que les colonisations sont illégales, donc ceux-ci seraient totalement dans l'erreur?

      Soyons et soyez clair là-dessus s.v.p.

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 25 janvier 2017 04 h 46

      « M. Blais, est-ce que la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem-est est un droit pour Israël? » (Jean-Guy Mailhot)

      Oui, et ce, pour des raisons historiques de « réappropriation » !

      En effet, depuis sa mise en exil par les Romains de la « Palestina » (Pax Romana ?) et des occupations territoriales par des forces étrangères (période Byzantine/période Musulmanne/période des Croisades/période Ottomane/19ème s / 20ème s/Déclaration de Balfour/Mandat Britannique, A), et de la présence continue de la Communauté juive sur ses Terres, Israël n’a jamais perdu ni son droit ni son devoir de réappropriation de ses propres Terres !

      Erreur ou selon, l’ONU et le Droit international semblent « vouloir » mésestimer ou oublier ces faits d’Histoire-Mémoire, d’autant plus qu’Israël, toujours vivant et malgré les tentatives extérieures d’assimilation-élimination, n’a jamais renier ses origines de …

      … Peuple ! - 25 jan 2017 -

      A : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Palestine

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 25 janvier 2017 08 h 41

      "n’a jamais renier" : lire plutôt "n’a jamais renié" (nos excuses)

  • Michel Lebel - Abonné 24 janvier 2017 10 h 40

    Le fait accompli


    Le gouvernement israélien fonctionne toujours ici selon la doctrine du fait accompli. Bref, dans l'illégalité et selon le rapport de force. Sur de telles bases, je ne doute point que Nétanyahou et Trump vont bien s'entendre.

    M.L.

  • Colette Pagé - Inscrite 24 janvier 2017 10 h 43

    Attention danger !

    Se pourrait-il que la complicité Nétayanhou/Trump mène à nouveau à l'embrasement du Moyen-Orient ? Réclamer de la retenue alors que l'extension des colonies se poursuit est un leurre et une tromperie. Cette décision aura comme conséquence de reporter aux calendes grecques la réalisation du projet de deux États.

    Et comme provocation additionnelle de ce duo l'installation prévisible à Jérusalem de l'ambassade américaine contribuera à jeter davantage de l'huile sur le feu.

  • Pierre Brosseau - Abonné 24 janvier 2017 11 h 01

    ET LA PAIX ?

    Qui parle de paix maintenant ? Personne. Israel ne cherche pas la paix, il cherche la "sécurité", faux nez d'une occupation totale du territoire que lui a légué Dieu il y a 6000 ans.

  • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 24 janvier 2017 11 h 24

    Faut agir

    Desmond Tutu a déjà écrit un article intitulé ''Contre l'apartheid israélien'', dont voici des extraits.

    ''Ceux qui habitaient hier dans les townships d'Afrique du sud peuvent vous parler de la vie dans les territoires occupés aujourd'hui ( par Israël ). Les humiliations, la soumission et la colère.''

    ''Si l'apartheid ( en Afrique du sud ) a cessé, l'occupation ( israélienne ) peut cesser également, mais la force morale et la pression internationale devront être tout aussi déterminées ( qu'elle l'a été pour libérer l'Afrique du sud).''

    ''Le désinvestissement ( mouvement BDS ) est le premier- et certainement pas le seul- mouvement nécessaire dans cette direction.'' ( Desmond Tutu ).

    Il y a plusieurs pays dans le monde qui exercent une discrimination raciale et un vol de territoire. Cependant il faut avouer qu'Israël est celui qui s'en tire au meilleur compte. Les sionistes ont même toujours été appuyés par les U.S.A. et des pays suiveux comme le Canada.