Regain de violences en Ukraine

L’Ukraine est en proie depuis deux ans à un conflit opposant ses forces armées à des séparatistes prorusses.
Photo: Aleksey Filippov L’Ukraine est en proie depuis deux ans à un conflit opposant ses forces armées à des séparatistes prorusses.

Kiev — Trois soldats ukrainiens ont été tués et six autres blessés lors de nouveaux affrontements entre les séparatistes prorusses et les forces gouvernementales dans l’Est de l’Ukraine, a annoncé jeudi un porte-parole militaire à Kiev.

« La dernière fois que nous avons observé des tirs aussi nourris, avec recours à des armes lourdes, c’était il y a un an », a déclaré Olexandre Motouzianyk lors d’une conférence de presse en annonçant que « trois soldats ukrainiens ont été tués et six autres blessés au cours des dernières 24 heures ». « Hier, la situation dans la zone de l’opération antiterroriste [nom donné par Kiev au conflit dans l’Est] s’est de nouveau détériorée. Les rebelles ont presque doublé le nombre de leurs attaques contre nos positions », a-t-il affirmé.

Risque d’escalade

Le président ukrainien, Petro Porochenko, a également confirmé jeudi l’aggravation de la situation. Les rebelles « ont considérablement augmenté le nombre de tirs contre nos positions dans l’est du pays », a-t-il dit. « La possibilité d’une escalade du conflit reste très grande. Et nous n’excluons pas une invasion russe à grande échelle. Nous sommes prêts », a-t-il déclaré, selon des images télévisées.

L’Ukraine est en proie depuis deux ans à un conflit opposant ses forces armées à des séparatistes prorusses qui sont, selon Kiev et les Occidentaux, soutenus militairement par la Russie ce que Moscou dément.

Ce conflit a fait plus de 9500 morts depuis son déclenchement en avril 2014. Malgré l’instauration de plusieurs trêves, des affrontements meurtriers ont régulièrement lieu le long de la ligne de front.

Regain de tension

Récemment, la tension est encore montée d’un cran entre l’Ukraine et la Russie autour de la Crimée.

Moscou a affirmé avoir déjoué des « attentats » fomentés selon elle par Kiev dans cette péninsule annexée en 2014, qui se seraient soldés par la mort d’un agent des services de sécurité russes et d’un militaire.

Plus de deux ans après le rattachement de ce territoire ukrainien à l’issue d’un référendum jugé illégal par les Occidentaux, les accusations russes ont poussé les deux pays à muscler leurs dispositifs militaires respectifs dans la zone, au risque de faire dérailler les efforts de résolution pacifique de la crise ukrainienne.