L’Allemagne adopte des règles pour intégrer les réfugiés


Berlin — L’Allemagne s’est dotée jeudi d’une loi sans précédent dans le pays encadrant l’intégration des réfugiés, leurs droits et leurs devoirs à la suite de l’arrivée d’un nombre record dans le pays l’an dernier. Le texte, adopté par la chambre des députés et qui doit être définitivement validé vendredi par la chambre haute du Parlement allemand, constitue une première dans un pays longtemps réticent à se définir comme une terre d’immigration. Entre autres mesures, les autorités attribueront désormais un lieu de résidence aux demandeurs d’asile reconnus, afin de mieux les répartir sur le territoire et d’éviter ainsi les ghettos. En cas d’infraction, des pénalités et sanctions sont prévues pour les demandeurs d’asile. L’Allemagne n’attribuera pas de droit de séjour durable aux réfugiés qui ne feraient pas suffisamment d’efforts pour s’intégrer, notamment par l’apprentissage de la langue allemande. « L’acquisition de la langue est aussi nécessaire pour un séjour provisoire » en Allemagne, stipule le document. La loi comporte également un volet dédié à l’emploi des réfugiés afin de faciliter leur embauche. Jusqu’ici, les demandeurs d’asile ou personnes de statut équivalent ne pouvaient occuper un emploi que dans la mesure où ils ne trouvaient pas preneur parmi les Allemands ou les citoyens de l’UE : cette restriction sera levée durant trois ans. Les réfugiés en formation se verront attribuer un droit de séjour pour la durée de leur apprentissage, afin qu’ils puissent trouver un emploi. « Celui qui interrompra sa formation se verra retirer son titre de séjour et, par là même, le droit de rester en Allemagne », a prévenu récemment la chancelière, Angela Merkel.