L’offensive contre le groupe EI ralentit

Les forces progouvernementales libyennes avançaient prudemment lundi dans Syrte, rue après rue, pour éliminer les snipers et désamorcer les engins explosifs du groupe djihadiste État islamique (EI), qui oppose une résistance féroce dans son fief en Libye.

Après avoir rapidement progressé dans leur offensive pour reprendre cette ville du centre-nord, les forces fidèles au gouvernement d’union nationale (GNA) peinent depuis dimanche à avancer dans la zone résidentielle où sont retranchés les djihadistes, selon un correspondant de l’AFP accompagnant les pro-GNA.

Soutenues dans leur opération par l’aviation et l’artillerie lourde, les troupes du GNA se trouvent désormais aux entrées de cette zone de 5 km2 qu’elles assiègent et qui s’étend du centre de la ville côtière jusqu’à la mer, au nord.

Face aux francs-tireurs déployés sur les toits et aux engins explosifs disséminés, les forces pro-GNA se déplacent avec prudence, que ce soit dans les rues ou en entrant dans les maisons dans lesquelles se cachent parfois les djihadistes.

« Nous avançons mais nous prenons garde. Il n’y a pas d’affrontements violents aujourd’hui à Syrte », a dit à l’AFP un membre de la cellule spéciale chargée des opérations contre le groupe EI. « Ce qui compte, c’est que nous essayons d’avancer. »

Recours à l’attaque suicide

L’une des principales armes des djihadistes est l’attaque suicide : dimanche, trois attentats suicides à la voiture piégée ont fait un mort et quatre blessés parmi les forces loyalistes.

Après ces attaques, des forces du GNA ont tenté une incursion dans la zone depuis l’ouest, mais ont dû se retirer après de violents combats.

Quatre corps de combattants en tenue militaire gisaient sur la chaussée dans le secteur, des combattants pro-gouvernementaux affirmant qu’il s’agissait de djihadistes tués. Un des leurs a lui été blessé par un franc-tireur.

« Nous allons continuer à avancer malgré les difficultés », a lancé l’un des miliciens pro-GNA.

Lundi soir, des accrochages ont opposé ces miliciens à des djihadistes à la lisière ouest d’une zone résidentielle de Syrte. Les djihadistes ont essuyé « des pertes considérables en hommes et en armements » tandis que dix miliciens ont été blessés, selon la page Facebook de l’opération anti-groupe EI.