Le mouvement «Nuit debout» veut une mobilisation internationale

Lancé le 31 mars, au soir d’une manifestation contre un projet de loi sur le travail, « Nuit debout » a très vite élargi son champ d’intervention.
Photo: Dominique Faget Agence France-Presse Lancé le 31 mars, au soir d’une manifestation contre un projet de loi sur le travail, « Nuit debout » a très vite élargi son champ d’intervention.

Paris — Le mouvement citoyen « Nuit debout », qui occupe depuis plus d’un mois chaque soir la place de la République dans le centre de Paris, a appelé samedi à une journée de mobilisation en Europe et dans le monde le dimanche 15 mai.

« Nous sommes dans une logique d’internationalisation », explique Jean, 33 ans, qui participe à ces rassemblements depuis fin mars.

L’objectif n’est selon lui pas d’exporter le mouvement parisien, mais d’organiser le même jour des mobilisations « autonomes » dans plusieurs villes européennes, « coordonnées par les mouvements sociaux », autour de quelques thématiques partagées : les migrants, l’austérité, le libre-échange.

Il a également souligné la volonté de « réénergiser » la mobilisation à Paris et en France, née de l’opposition à un projet de réforme du code du travail, mais qui a largement débordé ce cadre.

La date a été choisie en référence au mouvement espagnol des Indignés, né à Madrid le 15 mai 2011.

Samedi matin, des intervenants de plusieurs nationalités se sont succédé au micro de « Nuit debout » sur la place de la République, offrant un condensé des grandes mobilisations anticapitalistes de ces dernières années.

Devant quelque 200 personnes, un Grec a dit que la réunion parisienne lui rappelait la place Syntagma d’Athènes, lieu emblématique des manifestations contre l’austérité, tandis qu’une Américaine a évoqué le mouvement Occupy Wall Street de l’automne 2011.

Lancée le 31 mars, au soir d’une manifestation contre un projet de loi sur le travail, « Nuit Debout » a très vite élargi son champ d’intervention, mais n’est jamais parvenu à attirer chaque soir plus de quelques centaines ou quelques milliers de personnes.

À voir en vidéo