L’indépendance se prépare en catimini, assure Puigdemont

Barcelone — Le président séparatiste de Catalogne, Carles Puigdemont, a assuré vendredi que son gouvernement travaillait discrètement à la construction d’un État indépendant, lors d’une rencontre avec la presse internationale.

« Le temps est venu de travailler sans faire de bruit. Les choses sont en train de se faire et se font bien. Nous arriverons au bout de ce mandat en ayant fait notre devoir », a-t-il affirmé au palais du gouvernement régional.

Successeur inattendu d’Artur Mas, qui s’était retiré pour permettre la constitution d’un gouvernement séparatiste, Carles Puigdemont a été investi en janvier en promettant que la région serait prête pour l’indépendance en dix-huit mois.

Malgré un CV politique clairement plus indépendantiste que son prédécesseur, Carles Puigdemont a eu depuis son arrivée au pouvoir un ton plus modéré que M. Mas, dont les décisions — comme l’organisation en 2014 d’une consultation symbolique sur l’indépendance, interdite par Madrid — l’ont conduit devant la justice.

« Si quelqu’un pense qu’on n’entend pas beaucoup de bruit, que nous ne faisons rien, il va avoir des surprises. Je préviens depuis longtemps : nous avançons » vers l’indépendance, a déclaré le président catalan.

M. Puigdemont, qui a rencontré mercredi le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, lui réclamant la tenue d’un référendum sur l’indépendance de cette riche région de 7,5 millions d’habitants, option rejetée par la quasi-totalité des partis espagnols, s’est toujours dit disposé « à ce que l’État espagnol nous fasse une proposition ». « Si un leader espagnol était disposé à assumer ce défi historique […] nous l’aiderions », a-t-il ajouté.

Soutenu par une inédite majorité absolue indépendantiste au parlement catalan, son gouvernement est censé préparer les structures nécessaires à la création d’un État indépendant pour ensuite convoquer l’élection d’une assemblée constituante.