Une agitatrice nommée Marine Le Pen

Marine Le Pen a pris la tête du FN en janvier 2011.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Marine Le Pen a pris la tête du FN en janvier 2011.

Débarquant au Québec pour la première fois, la leader d’extrême droite Marine Le Pen, chef du Front national (FN), a fait en fin de semaine ce qu’elle fait en France depuis des années : agiter et s’agiter.

Et si les politiciens québécois et canadiens ont ostensiblement refusé de s’afficher avec elle, les médias, eux, non sans se pincer un peu le nez, lui ont donné de la voix, qu’elle a bien audible. Y compris Le Devoir où elle est venue répéter son discours anti-immigrants (« Je suis contre l’immigration ! Je considère que c’est une erreur ! »), défendre l’idée « patriotique » que l’avenir du monde passe par la reconstruction des frontières, pour ne pas dire par le repli des peuples sur eux-mêmes, et annoncer en oracle que le Front national sera au pouvoir dans dix ans, à moins que ce ne soit dès la présidentielle de 2017. « Le plus tôt sera le mieux », affirme-t-elle en entrevue.

Cette avocate de profession, âgée de 47 ans, fille de Jean-Marie Le Pen, a politiquement le vent en poupe. Les sondages d’intentions de vote au premier tour de la prochaine présidentielle la donnent en avance (avec environ 25 % des voix) sur Nicolas Sarkozy, chef des Républicains, et sur le président socialiste, François Hollande. Le FN a plus que doublé ses voix (à 28 %) aux élections régionales de décembre dernier par rapport aux élections précédentes de 2010. Infréquentable peut-être, mais de plus en plus incontournable.

Le terreau est incontestablement fertile pour cette droite populiste, malgré tout le mal qu’on peut penser de ses positions à rebours d’une modernité qui tend à l’ouverture : salaires en panne, creusement des inégalités, crise migratoire sans précédent, construction européenne en grande difficulté… Si, comme aux États-Unis de Donald Trump, le FN canalise la colère populaire en aiguisant les sentiments anti-immigrants, l’ultranationalisme de Mme Le Pen consiste aussi à dénoncer les élites traditionnelles, les traités de libre-échange et la « mondialisation sauvage ».

Extrême droite mutante, pas nécessairement facile à caser. Mme Le Pen prétend être au-dessus du clivage gauche-droite : « La vraie différence aujourd’hui, c’est celle entre les nationaux et les mondialistes. C’est-à-dire ceux qui pensent que les nations sont des concepts dépassés, qu’il faut supprimer les frontières, faire fi des identités et faire surgir l’homo economicus interchangeable ; et ceux qui pensent que la nation demeure la structure la plus performante pour assurer la sécurité et la prospérité, et défendre l’identité des peuples. » Entre les deux, point de dialogue possible. « Je combats l’Union européenne parce que cette union est aujourd’hui en partie totalitaire et qu’elle est en tout cas une adversaire déclarée de la démocratie. L’UE, c’est Le portrait de Dorian Gray. Elle se consume. »

Vernis humaniste

Élue présidente, elle réduirait l’immigration légale de 200 000 à 10 000 entrées par an et lancerait une politique nataliste, comme celle qu’a vécue le Québec avec la « revanche des berceaux ». Ce qui, à son avis, permettrait sans problème de faire face au vieillissement de la population. Elle multiplierait les référendums pour rétablir, dit-elle avec grandiloquence, « la souveraineté du peuple ». En lui suggérant fortement de rompre avec l’euro et de rétablir la peine de mort.

Elle met un vernis humaniste sur ses positions anti-immigrants : « Je pense que chaque peuple a le droit de vivre correctement dans le pays de ses ancêtres. Je crois que beaucoup de ceux qui fuient leur pays le font parce qu’on a organisé leur appauvrissement. J’ai huit millions de pauvres en France. C’est de la folie de faire venir des gens à qui on n’a rien à offrir. » Comme c’est « de la folie » pour le gouvernement de Justin Trudeau, ainsi qu’elle l’avait déjà dit l’automne dernier dans une entrevue à la CBC, d’avoir fait venir 25 000 réfugiés syriens. « M. Trudeau est assujetti à l’idéologie du courant auquel il appartient. Agir pour de vrai sur le plan humanitaire, ce serait d’abord arrêter de déclencher des guerres et de laisser des fondamentalistes prendre le pouvoir. » Parvenue au pouvoir, dit-elle, la France romprait donc ses relations avec l’Arabie saoudite. À défaut de voir les gouvernements agir en amont, elle considère que les immigrants qui « submergent » l’Europe (ce qui tient statistiquement de l’exagération, même si, en effet, le monde vit sa plus grave crise migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale) devraient être « renvoyés chez eux, même dans des pays en guerre ».

De ceci à cela, sur le plan culturel, son ultranationalisme lui fait conclure avec véhémence à « l’échec total du multiculturalisme anglo-saxon ». « Je porte l’idée que le multiculturalisme est porteur de conflits, qu’une société multiculturelle est une société multiconflictuelle et, par conséquent, je crois aux vertus de l’assimilation au contraire de l’intégration. » Elle aime dire, en grande soeur, que le Québec aurait à apprendre de la France à ce chapitre et se désole que le projet péquiste de la charte de la laïcité ait tourné court.

Hymne à Trump

Mme Le Pen attend le Grand Soir. « C’est que le FN n’est pas l’exception. » En Autriche, aux Pays-Bas, en Italie, en Allemagne… « il y a une vraie poussée patriote au sein de l’UE. Et moi, je crois que cette poussée patriote, elle traverse le monde, voilà ».

Y compris les États-Unis. L’émergence de Donald Trump ? « Un événement historique, veut-elle croire. Trump, d’un côté, et Bernie Sanders, de l’autre, incarnent le rejet du modèle politique américain. Et ça, c’est une vraie révolution qui est en train de se dérouler. » Les manifestants qui dérangent les rassemblements de M. Trump ? « Des gauchistes qui cherchent l’incident. » Voter, comme femme, pour Hillary Clinton ? « Absolument pas ! Elle est vraiment pour moi le symbole du système politique américain dans toutes ses erreurs, du poids écrasant des multinationales et de la finance dans la vie des peuples. »


Marine Le Pen en cinq dates

1968 Naissance à Neuilly-sur-Seine

1972 Fondation du Front national

2004 Députée au Parlement européen

2011 Élue présidente du FN, succédant à son père, Jean-Marie Le Pen

2012 Candidate à la présidentielle française, elle récolte 17,9 % des voix

Entrevue avec Marine Le Pen - États-Unis


Entrevue avec Marine Le Pen - L'euro


Entrevue avec Marine Le Pen - Visite au Québec