Chypre menace de bloquer le projet d’accord UE-Turquie

Nicosie — Le président chypriote, Nicos Anastasiades, a déclaré mardi que son pays n’approuverait pas le projet d’accord entre l’Union européenne et la Turquie sur les migrants en l’absence de concessions d’Ankara sur le statut de l’île méditerranéenne. « La République de Chypre n’a pas l’intention d’approuver l’ouverture de nouveaux chapitres » dans les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE si « la Turquie ne respecte pas ses obligations », a dit le président chypriote-grec à l’issue d’une rencontre avec le président du Conseil européen Donald Tusk. La République de Chypre est l’un des pays de l’UE les plus réticents au projet d’accord établi au sommet UE-Turquie du 7 mars, en raison de son différend historique avec Ankara sur la question de l’île méditerranéenne divisée en deux depuis l’invasion de la partie nord par la Turquie en 1974. Un nouveau sommet est prévu jeudi et vendredi à Bruxelles, au cours duquel Européens et Turcs tenteront de finaliser l’accord prévoyant que la Turquie reprendra tous les nouveaux migrants gagnant l’UE depuis ses côtes, y compris les demandeurs d’asile. En contrepartie, les conclusions du sommet mentionnaient notamment la perspective « d’ouvrir de nouveaux chapitres aussi vite que possible » dans les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE.