L’Arabie et ses alliés exhibent leur puissance militaire

Des hélicoptères de combat rugissent dans le ciel, des chars grondent dans le désert et des commandos libèrent des otages au dernier jour de « Tonnerre du Nord », les plus importantes manoeuvres multinationales jamais tenues en Arabie saoudite. Le roi Salmane et de nombreux chefs d’État étrangers ont assisté jeudi à la fin de l’exercice, donnant ainsi l’occasion à Riyad d’affirmer son leadership au Moyen-Orient. Des forces armées de 20 pays arabes et musulmans ont participé à l’opération, entamée il y a 12 jours et qui avait pour objectif, selon les autorités saoudiennes, de coordonner les efforts de ces nations dans la « lutte contre le terrorisme ». Outre le souverain saoudien, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, le Soudanais, Omar el-Béchir, et le premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, étaient présents jeudi. Les chefs d’État de Mauritanie, du Tchad, du Sénégal, de Djibouti, des Comores, du Yémen, ainsi que le chef du gouvernement marocain, avaient aussi fait le déplacement, ainsi que des dirigeants arabes du Golfe, dont les émirs du Koweït et du Qatar. Ils ont assisté durant deux heures à une simulation de bataille près de la ville de garnison Hafr al-Baten, située dans le nord-est près des frontières avec l’Irak et le Koweït.