Plus de 10 000 enfants migrants portés disparus

Un enfant syrien dans un camp de migrants à Gevgelija, en Macédoine
Photo: Robert Atanasovski Archives Agence France-Presse Un enfant syrien dans un camp de migrants à Gevgelija, en Macédoine

Plus de 10 000 enfants migrants non accompagnés ont disparu en Europe sur les 18 à 24 derniers mois, a affirmé dimanche l’agence de coordination policière Europol, craignant que nombre d’entre eux soient exploités, notamment sexuellement, par le crime organisé.

L’organisation, basée à La Haye, a regretté le développement d’une « infrastructure criminelle » paneuropéenne visant à tirer profit de la pire crise migratoire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Ces informations, relayées par un responsable d’Europol dans un entretien à l’hebdomadaire britannique The Observer, ont été confirmées dimanche à l’AFP par l’agence de coordination policière.

Les enfants concernés sont ceux dont toute trace a été perdue après leur enregistrement auprès des autorités européennes, a expliqué ce responsable, Brian Donald.

La moitié disparue en Italie

Il estime qu’environ 5000 d’entre eux ont disparu en Italie, une des portes d’entrée vers l’Europe pour les migrants venus par la Méditerranée.

« Il n’est pas déraisonnable d’estimer que nous parlons ici en tout de plus de 10 000 enfants », a assuré M. Donald. « Mais tous ne seront pas exploités à des fins criminelles, il y en a qui auront rejoint des membres de leur famille. C’est juste que nous ne savons pas où ils sont, ce qu’ils font et avec qui. »

Un porte-parole d’Europol a précisé à l’AFP que le chiffre avait été obtenu notamment sur la base d’informations fournies par les pays européens ou disponibles publiquement, par exemple sur Internet et que ces disparitions concernent les 18 à 24 derniers mois.

« Les mineurs voyageant sans adultes sont le groupe le plus vulnérable du flux de migrants », a souligné Rafaella Milano, directrice des programmes Italie-Europe de l’ONG Save the Children. « Le renforcement des mesures de protection contre les risques graves qu’ils courent est indispensable », a-t-elle ajouté.

Elle a par exemple évoqué des programmes de « relocalisation » rapides au niveau européen afin de permettre « à ceux qui arrivent en Italie ou en Grèce de rejoindre d’autres pays européens sans devoir s’en remettre à des trafiquants ». « De nombreux mineurs, en fait, se cachent volontairement des autorités de peur d’être renvoyés ».

Laura Pappa, présidente de l’ONG grecque Meta-Action, a pointé du doigt la lenteur des procédures d’asile pour les mineurs non accompagnés : « Même quand un proche est trouvé, les procédures » d’identification « sont si lentes […] que certains proches poussent les enfants à payer un passeur pour les rejoindre » plus vite.

Mais elle regrette aussi que « certains se fassent passer pour des oncles et emmènent les enfants. Ce n’est pas facile dans toute cette confusion de vérifier l’identité des “oncles”».

Environ un million de migrants, principalement des Syriens, Irakiens et Érythréens fuyant leurs pays, sont arrivés en Europe en 2015, rappelle Europol.

Quelque 27 % d’entre eux sont des mineurs. « Ils ne sont pas tous non accompagnés, mais nous avons des éléments montrant qu’une grande partie d’entre eux pourrait l’être », selon Brian Donald.

1 commentaire
  • Denis Paquette - Abonné 31 janvier 2016 13 h 13

    Des illusions de banquiers

    N'est ce pas normal quand le malheur est trop grand, de vouloir donner ses enfants ou ils pourraient peut etre survivrent, je me souviens il y a pas si longtemps d'avant l'assurance maladie et autres subcides, ma mere nous disait que si nous avions étés malchanceux qu'elle aurait été obligée de nous donner, en fait, il n'y a pas si longtemps, attendons de voire ce que va donner l'enquête sur les amérindiens, quelle illusions que cette fameuse richesse que nous semblons posséder, nous n'avons jamais été si pauvres tous le reste n'est qu'illusions de banquiers, comment appeler cette richesse que nous ne sommes pas capable de partager