Une fête nationale décisive

Des centaines de milliers de gens envahiront vendredi à l’occasion de la Diada, la fête nationale catalane qui a lieu chaque 11 septembre, l’avenue Meridiana à Barcelone pour revendiquer leur singulière identité et réclamer une énième fois à Madrid l’autodétermination de leur région.

Cette année, ce rituel collectif recouvre une importance historique, et certainement décisive. La Diada ouvre en effet la campagne électorale des législatives anticipées du 27 septembre où les quelque 5 millions de votants catalans devront se prononcer pour ou contre l’indépendance : la liste favorite, Junts pel Si (Ensemble pour le Oui), a annoncé qu’en cas de victoire (probable) à la majorité simple — au moins 68 sur 135 sièges —, un processus constituant sera mis en branle et devrait déboucher, 18 mois plus tard, sur une déclaration unilatérale d’Indépendance.

Et ce, a précisé Raul Roveva, la tête de liste séparatiste, même si « le pouvoir central espagnol multiplie les entraves ». Une hypothèse qui, à Madrid, provoque une forme d’hystérie. Mardi, le ministre de la Défense, Pedro Morenés, a laissé entrevoir une intervention militaire si les acteurs séparatistes n’agissent pas selon la légalité en vigueur.

Le baromètre

La Diada, c’est par excellence le baromètre du sentiment nationaliste. Or, depuis 2012, cette manifestation historiquement folklorique s’est transmuée en une considérable caisse de résonance des frustrations d’une bonne majorité des 7,5 millions de Catalans ; selon les enquêtes d’opinion, environ 80 % sont favorables au Dret a decidir, le droit de décider, c’est-à-dire la tenue d’un référendum dont, jusqu’à alors, Madrid ne veut pas entendre parler. D’autant que le phénomène va crescendo, avec pour seul objectif la séparation ou, au moins, la tenue d’une consultation négociée avec le pouvoir central. Le 11 septembre 2012, un gros million de gens envahissaient les rues de Barcelone ; en 2013, une immense chaîne humaine reliait la Catalogne de la frontière française au Delta de l’Ebre, les confins méridionaux ; en 2014, 1,5 million formait le V de « Vote » le long de deux avenues barcelonaises.

Aujourd’hui, les instigateurs de la Diada ont visé un cran au-dessus : les participants formeront une mosaïque de couleurs en direction du Parlement régional, dans le centre de Barcelone, avec pour slogan « Ouvrons la voie de la liberté et obtenons la République catalane/Tout commence ici, l’heure est venue ». À l’origine de cette clameur clairement indépendantiste, l’Assemblée Nationale Catalane, l’ANC, un puissant mouvement citoyen qui a organisé les « 11 Septembre » de ces dernières années. « Ce qui caractérise le mouvement souverainiste ici, confie son président Jordi Sanchez, un professeur en sciences politiques, c’est le rôle prépondérant de la société civile. Sans l’ANC, jamais l’exécutif nationaliste d’Artur Mas n’aurait pu lancer ce défi à un adversaire aussi puissant. »

Opposition

Les obstacles paraissent en effet infranchissables. L’ensemble des partis espagnols sont opposés à une sécession catalane. Le gouvernement de Mariano Rajoy, au pouvoir central, refuse tout dialogue avec les séparatistes ; il vient même de faire approuver à toute allure une réforme du Tribunal Suprême l’autorisant à suspendre de ses fonctions le chef du gouvernement catalan si celui-ci en venait à déclarer l’indépendance de façon unilatérale. « Artur Mas et les siens se sont mis dans une impasse, a réitéré Mariano Rajoy. Il est absurde de vouloir quitter l’Union Européenne et la zone euro, voire, pire, de dresser de nouvelles frontières ». Même son de cloche de Joaquim Coll, à la tête d’un collectif citoyen catalan -Societat Civil- qui défend, lui, l’appartenance à l’Espagne et tente comme il le peut d’occuper aussi l’espace public : « Une grosse partie des Catalans refuse cette rupture. Et prennent leurs distances avec un discours officiel associant le reste de l’Espagne à un ennemi. »

Le vent dans les voiles

Reste que la fronde séparatiste n’a cessé de gagner en puissance. « Nous entrons dans une période de tsunami », a lancé Duran Lleida, un leader nationaliste modéré. Soutenu par l’ANC, Artur Mas parle d’une situation de non-retour avec le pouvoir central, accusé de « spolier fiscalement la catalogne » (à hauteur de 16 milliards d’euros l’an), et de lui refuser l’autodétermination. « À mon sens, c’est beaucoup plus qu’une histoire d’argent, c’est une question de dignité, défend Quim Torra, à la tête d’Omnium, une organisation séparatiste aux 52 ans d’histoire et aux 52 000 membres. Un grand nombre de Catalans ont la sensation de ne pas être entendus, voire même d’être partie négligeable au sein de l’État espagnol. Et, croyez-moi, tant que ce sentiment prévaudra, le conflit perdurera ».

À voir en vidéo