Un quart des Basques serait pour l’indépendance

Madrid — Un quart des habitants du Pays basque espagnol souhaite l’indépendance de cette région et un tiers veut davantage d’autonomie, selon un sondage diffusé vendredi, qui montre aussi un « rejet historique » de l’ETA.

Selon l’enquête d’opinion semestrielle réalisée par l’université du Pays basque, ou « Euskobarometro », 35 % des Basques souhaitent le statu quo. À ceux-là, il faut ajouter les 7 % qui voudraient davantage de centralisme, et les 29 % souhaitant que le Pays basque s’intègre dans une Espagne fédérale, soit une très large de majorité de Basques (71 %) qui désirent un maintien en Espagne de leur région.

Une autre lecture montre cependant qu’une majorité d’habitants — ceux favorables à l’indépendance et ceux qui veulent une Espagne fédérale, soit 54 % — veut que son statut évolue.

Le rejet frontal de l’organisation séparatiste basque ETA atteint par ailleurs un « record historique », concernant 66 % des personnes interrogées, selon cette enquête réalisée depuis une vingtaine d’années. En 1999, seuls 35 % des personnes interrogées avaient manifesté « un rejet total », de l’ETA.

76 % des personnes interrogées se disent favorables à une négociation entre l’organisation et le gouvernement, permettant d’aboutir à la dissolution de l’ETA. Parmi elles, 34 % souhaite que les armes soient déposées au préalable par l’organisation, tenue pour responsable d’au moins 829 morts en 40 ans.

La première préoccupation des citoyens reste la crise économique : neuf Basques sur dix disent en ressentir les effets, l’emploi étant le principal souci de 71 % des personnes interrogées.

Ce sondage, réalisé depuis 1995, a été mené auprès de 600 personnes par une équipe de recherche de l’Université du Pays Basque, du 29 mai au 15 juin 2015.