Un 14 juillet sous le signe de la sécurité

Les Français ont célébré leur fête nationale, en ce 14 juillet, sous haute sécurité, alors que pour la première fois dans l’histoire les forces antiterroristes ont pris part à la parade annuelle.

Ce sont les premières célébrations du 14 juillet depuis les attaques de janvier qui avaient fait 20 victimes, dont les trois assaillants, et celle d’un employé qui a tué son patron et blessé deux personnes dans une explosion, le mois dernier.

Comme la tradition le veut, le président français faisait partie du défilé qui a parcouru les Champs-Élysées. François Hollande était accompagné de son invité d’honneur, le président mexicain, Enrique Peña Nieto.

Au total 3500 soldats, 55 avions, 31 hélicoptères et 208 véhicules ont défilé, dont des unités mexicaines, dotées notamment de rapaces. Les militaires, ainsi que les premiers répondants — les policiers et les gendarmes — impliqués dans la lutte contre le terrorisme ont été honorés.

Le président Hollande a aussi souligné le 70e anniversaire de la libération de la France de l’Allemagne nazie.

Face au risque terroriste, François Hollande a dit : « Nous sommes mobilisés et je ne veux pas que les Français aient le moindre doute sur le dispositif mis en place », qui sera « maintenu tout au long des prochains mois. » « Rien ne sera relâché », « 10 000 militaires seront maintenus sur le territoire » en plus des policiers et des gendarmes, soit un effectif total de 30 000, a-t-il dit lors d’une interview télévisée.

À voir en vidéo