L’UE étend ses sanctions contre Moscou

L’Union européenne va étendre ses sanctions ciblées contre la Russie, mais a choisi l’attentisme sur un possible alourdissement des mesures économiques, alors que de nouveaux pourparlers de paix sur l’Ukraine auront lieu vendredi à Minsk.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE avaient été convoqués à Bruxelles après la reprise de l’offensive des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine et surtout le bombardement samedi de Marioupol, qui a fait au moins 30 morts. Ils ont aussi décidé de prolonger de six mois, jusqu’en septembre, les sanctions ciblées adoptées en mars contre des personnalités séparatistes prorusses et russes, a annoncé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, à l’issue de cette réunion de crise.

Tout en saluent ces nouvelles mesures, les États-Unis ont à leur tour menacé la Russie de nouvelles sanctions si Moscou continue de soutenir la rébellion en Ukraine.

L’accord entre les ministres des Affaires étrangères européens d’étendre les sanctions déjà existantes « est un signe supplémentaire que les événements des derniers jours et semaines sont absolument inacceptables et qu’ils auront de nouvelles conséquences », a déclaré la porte-parole du département d’État Jennifer Psaki.

Préserver l’unité

Les 28 ont aussi décidé de rajouter des noms à cette liste noire déjà longue de 132 personnes visées par un gel de leurs avoirs et une interdiction de voyager dans l’UE. Les nouveaux noms doivent être proposés d’ici une semaine, en vue d’une adoption par les ministres lors de leur prochaine réunion, le 9 février.

Mais la question des sanctions économiques, qui divise les Européens depuis le début, a continué à faire débat. Dans un projet de conclusions auquel l’AFP avait eu accès, il était prévu que les ministres évoquent un travail préparatoire sur « toute action appropriée, en particulier sur de nouvelles sanctions ». Cette mention explicite n’a pas été retenue dans la version finale.

Le nouveau ministre grec, Nikos Kotzias, a revendiqué cette modification, confirmant que son gouvernement était opposé à un durcissement européen vis-à-vis de Moscou. L’Europe doit promouvoir les accords de paix de Minsk « par le dialogue avec la Russie, pas par des sanctions », a-t-il insisté.

Le compromis satisfait en revanche de nombreux autres pays. Les sanctions économiques sont déjà lourdes, a relevé le secrétaire d’État français aux affaires européennes, Harlem Désir. « Notre ligne, c’est la fermeté et le dialogue », a-t-il résumé. L’Autriche, la République tchèque et la Slovaquie se sont dits sceptiques sur de nouvelles sanctions contre Moscou, rejoignant la position exprimée la veille par l’Allemagne.

Pourparlers

Parallèlement, Minsk a annoncé la tenue de nouveaux pourparlers de paix entre le « Groupe » de contact composé de représentants de l’Ukraine, de la Russie et de l’OSCE, ainsi que des rebelles prorusses, vendredi dans la capitale bélarusse pour négocier une trêve.

Cette annonce du gouvernement bélarusse est intervenue quelques minutes après un appel en ce sens du président ukrainien Petro Porochenko, alors que sur le terrain les combats ont encore fait 11 autres morts.

Par ailleurs, l’ancien dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, est sorti de son silence jeudi pour fustiger les Occidentaux. « On n’entend que parler de sanctions de l’Amérique et de l’Union européenne contre la Russie. Ont-ils perdu la tête ? », a-t-il lancé. Washington « nous entraîne dans une nouvelle guerre froide. Et ensuite ? Je ne suis pas en mesure de déclarer qu’elle ne va pas se transformer en véritable guerre. »

1 commentaire
  • Yvon Martineau - Inscrit 30 janvier 2015 20 h 56

    Sanctions encore trop timides!

    «L’ancien dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, est sorti de son silence jeudi pour fustiger les Occidentaux. « On n’entend que parler de sanctions...etc.»

    À mon avis, ce n'est que du bla-bla-bla...

    L'Amérique et l'Union européenne piétinent...encore et encore!!! Il n'y a pas encore suffisamment de morts n'est-ce-pas?
    De toute évidence, ici, encore et toujours, il n'y a que l'argent qui compte!!! Ils sont tous en conflit d'intérêts! Voilà le hic!
    N'ayez crainte, la France le vendra son bâteau à la Russie...ils (les français, entres autres, ont trop à perdre!