Ils ne sont pas «Charlie»

«Je me sens Charlie Coulibaly. » La phrase ne pouvait venir que de Dieudonné. En s’identifiant non pas aux caricaturistes sauvagement assassinés, mais au tireur de Montrouge qui a exécuté quatre juifs et un policier, l’humoriste ne faisait que creuser un peu plus le sillon qui est le sien depuis une décennie. Mais il soulignait aussi que, contrairement à ce que laissent penser les immenses mobilisations des derniers jours, toute la France n’est pas Charlie.

Sur Internet dès le lendemain des attentats, on a vu proliférer les messages anonymes affirmant « Je ne suis pas Charlie ». De nombreux imams ne se sont pas joints à la marée humaine qui a submergé la France dimanche. Ceux qui y étaient, comme le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur, sont souvent jugés peu représentatifs. En clair, « les musulmans étaient absents », écrit sur Médiapart Emmanuel Sala qui travaille avec des jeunes d’origine africaine de Belleville.

Jeudi, la minute de silence décrétée dans toutes les écoles de France est loin d’avoir été suivie partout. « Je te bute à la kalash », aurait même lancé, selon Le Figaro, un élève de quatrième (3e secondaire) à son professeur dans un collège de Lille. Dans un autre de Roubaix, où une cinquantaine de jeunes sont récemment partis combattre en Syrie, un rassemblement de 400 élèves a été perturbé par un grand bourdonnement. Un Strasbourgeois de 30 ans a publié une photo montrant une Kalachnikov sous laquelle il était écrit : « Bons baisers de Syrie bye bye Charlie. »

  

« Ils l’ont bien cherché »

À Courbevoie, dans le lycée où Jean-Pierre Gross enseigne l’anglais, la minute de silence a aussi été perturbée. « Dans certaines classes, il n’a pas été possible d’obtenir le silence, dit-il. Des jeunes chahutaient ou rigolaient. La même chose s’était produite il y a trois ans lorsque Mohamed Merah avait tué des enfants juifs à Toulouse. » Responsable du site Internet du lycée, Jean-Pierre Gross y a publié dès mercredi le slogan « Je suis Charlie ». Mal lui en prit puisque, dès le lendemain, son directeur le retira de peur, disait-il, de susciter de l’opposition chez les élèves.

Parmi ce qu’ont entendu les professeurs du lycée, on trouve ceci : « Charlie Hebdo l’avait bien cherché » ; « On ne peut pas critiquer les homosexuels qu’on déteste parce que c’est illégal, mais eux [Charlie Hebdo] ils pouvaient insulter l’islam » ; « On fait ça pour les juifs, mais quand les Arabes sont tués, on ne fait rien. » Sans compter ceux qui affirmaient que tout cela n’était qu’un complot du Mossad contre les musulmans.

« On n’a pas idée de ce qui se dit dans les lycées des banlieues, dit Jean-Pierre Gross. Ces jeunes se sentent exclus et il arrive qu’ils le soient. Mais ce qu’ils disent est à nous faire dresser les cheveux sur la tête. On se croirait parfois en 1930 ! » Ce professeur enseigne pourtant dans un établissement des beaux quartiers. Mais la section technique du lycée est fréquentée par des jeunes qui ont des parents d’origine maghrébine.

Selon Jean-Pierre Gross, nombre de ceux-ci vivent dans une véritable sous culture alimentée par Internet où l’on entretient l’antisémitisme, la désinformation, la théorie du complot et la rumeur. « Pour ces gosses, les grands médias d’information ne sont que des menteurs. D’ailleurs, ils ne les lisent pas. Ils ne s’informent que par des réseaux parallèles sur Internet où l’information circule en circuit fermé. Même leurs parents n’ont pas de prise sur eux. »

Parmi leurs idoles, on trouve notamment le rappeur musulman Nekfeu qui, dans la chanson thème du film La marche, réclamait « un autodafé contre ces chiens de Charlie Hebdo ». Cette semaine, le rappeur a tout de même présenté ses condoléances aux familles des victimes.

Antisémitisme

Selon Gross, dans ces milieux, l’antisémitisme atteint des proportions alarmantes. Un constat qui est aussi celui d’un rapport remis cet automne au gouvernement par l’écrivain Jean-Christophe Ruffin, qui notait un déplacement des actes d’antisémitisme de la vieille extrême droite française traditionnelle vers une frange de la jeunesse issue de l’immigration. Selon la fondation Fondapol, un think tank libéral, « les musulmans sont deux à trois fois plus nombreux que la moyenne à partager des préjugés contre les juifs » et « la proportion est d’autant plus grande que la personne interrogée déclare un engagement plus grand dans la religion ».

Pas surprenant que, dans certaines banlieues, Mohamed Merah est considéré comme un héros. Le professeur déplore que l’école n’ait pas vraiment dialogué avec ces jeunes et qu’elle ait refusé de faire face au problème. « À chaque fois qu’on en parle, on nous dit de ne pas faire de vagues. L’éducation nationale camoufle les réalités au lieu d’y faire face. »

Selon Gross, tous les élèves musulmans ne sont évidemment pas dans cette situation, mais il s’agit d’une minorité très significative. « Il ne faut surtout pas jeter l’éponge, sinon on court à la catastrophe. »

Les choses seraient-elles en train de changer à la faveur de l’immense mobilisation de dimanche dernier ? Après que le premier ministre Manuel Valls eut manifesté son indignation face à ces dérapages, mardi, la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, a rencontré les recteurs d’académie et demandé qu’on discute dans toutes les écoles, collèges et lycées de ce qui s’était passé.

« Souhaitons que ça n’en reste pas là, dit Jean-Pierre Gross, sinon, on se prépare des jours assez sombres. »

30 commentaires
  • jean-charles chebat - Inscrit 14 janvier 2015 03 h 35

    Indécent!

    Comme tout ce que fait cet individu depuis des années. J'ai d'abord pensé que ses excès étaient dus à la peur d'être oublié: son humour est si médiocre. Mais en fait, il n'est que la pitoyable réplique de l'humour pratiqué dans les milieux racistes pandant l'Occupation allemande. Minable.

    • Bernard Leblanc - Inscrit 14 janvier 2015 12 h 50

      Dans l'article on occulte le contexte et les faits. On ne mentionne pas la lettre d'explication de Dieudonné envoyé au Ministre. Lettre facile à trouver sur le site Quenel+ entre autre.

      Voici la phrase expliquant tout.

      «(...) Dès que je m'exprime, on ne cherche pas à me comprendre, on ne veut pas m'écouter. On cherche un prétexte pour m'interdire. On me considère comme un Amedy Coulibaly alors que je ne suis pas différent de Charlie (...)».

      La France se croît-t'elle libre de s'exprimer, vous allez constater rapidement le contraire.

  • Galina De Repentigny - Inscrite 14 janvier 2015 07 h 14

    Montrer l'exemple

    Il faudrait commencer par donner l'exemple en ne diffusant pas des informations erronnées... Le Devoir a le devoir de rapporter des faits au lieu de répéter comme un perroquet les lignes de presse. Remontez au fait, lisez le statut facebook de l'humoriste dont vous utilisez la photo pour rendre votre article attrayant et vous verrez à quel point vous êtes vous aussi manipulés (ou manipulateur?). Ces jeunes en ont peut-être assez des mascarades et rejette l'incohérence des dirigeants et la manipulation par les médias... La France est sous haute tension depuis un trop long moment pour allumer subitement vos flashlights sur ses bobos. Bonne journée.

    • Paul Gagnon - Inscrit 14 janvier 2015 10 h 26

      « Ces jeunes en ont peut-être assez des mascarades et rejette l'incohérence des dirigeants et la manipulation par les médias... »

      Encore faudrait-il qu’ils sachent ce que c’est que l’incohérence et qu’ils lisent les médias. À cet âge, avec une mentalité de ghetto, etc., vous avez beaucoup d’imagination si vous croyez que c’est possible.

      Il y a là une bombe à retardement qui menace la France (et bientôt le Québec, soyez-en assurés, avec les politiques d’immigration qu’on a) et la menacera de plus en plus!

    • Christian Fleitz - Inscrit 14 janvier 2015 11 h 36

      Vous êtes sur que vous-mêmes n'êtes-vous pas manipulée ? Les droits de pensée et d'expression font partie des fondements de la République Française, ils ont été acquis après des siècles de lutte. Les attaques contre ces droits relèvent d'un acte hostile, les approuver pour des citoyens français est une trahison et doit être traité comme telle. La France a raison de prendre la dimension du risque et d'enfin réagir, dans ce cas, la rigueur est indispensable. Les soldats français sont engagés physiquement dans la lutte contre le terrorisme islamique, cela est un choix approuvé démocratiquement, ce n'est pas pour laisser certains stupides baver n'importe quoi. Cela fait un moment que Dieudonné, personnage trouble, joue aux limites de l'acceptable : sa dernière provocation est celle de trop.

    • Julie Blaquière - Inscrite 14 janvier 2015 12 h 17

      J'abonde dans votre sens Galina et comme pour tous les humoristes, on aime ou on aime pas selon leur genre d'humour. Pris hors contexte ça n'a souvent plus aucun sens. Et comme le disait une de ses fan et qui m'a amené à concevoir qu'une telle chose puisse être dîtes par Dieudonné étant donné que "sa" liberté d'expression a été constamment remise en cause au contraire de Charlie Hedbo, "Attristé par l'attentat de Charlie (à peu près cela) mais traqué comme Coulibali". Alors il est Charlie Coulibali. Fin de la discussion. Si on l'arrête pour cela ce sera pour justifier de plus en plus de censure en France et ce ne sera à l'avantage de personne. Le problème est ailleurs vous n'avez qu'à revoir la photo des dignitaires qui assistaient à cette marche pour le comprendre.

  • Raymond Chalifoux - Abonné 14 janvier 2015 07 h 28

    Ai comme le sentiment que...

    .. on n'a pas fini de voir la jeunesse Française débarquer à Montréal...

    • Grace Di Lullo - Inscrit 14 janvier 2015 09 h 41

      J'espère qu'elle ne sera pas du genre de ces barbares qui ont tirés sur des journalistes, policiers et juives.

    • Julie Blaquière - Inscrite 14 janvier 2015 12 h 23

      ... et tous les autres barbares qui se sont attaqués aux communautés musulmanes partout dans le monde. C'est d'aillleurs un Musulman, employé de l'épicerie cacher qui a sauvé la vie de plusieurs otages en leur donnant accès au réfrégirateur de l'épicerie et qui n'ont pas voulu le suivre quand il leur a offert de s'échapper. Il a été traité comme un criminel dès sa sortie avant que d'autres employés viennent témoigner en sa faveur plus d'une heure plus tard. Jusqu'où peut donc aller la barbarie?

  • Christian Bloch - Abonné 14 janvier 2015 07 h 49

    Exagéré

    J'ai toujorus trouvé Dieudonné un personnage répugnant, mais le mettre en prison pour avoir dit qu'il se sentait "Charlie Coulibaly" est de l'abus de pouvoir.
    Ce n'est pas parce qu'on déteste quelqu'un qu'on doit faire n'importe quoi avec lui.
    Et quand j'ai lu son tweet, je n'ai pas eu de haut le coeur, je me suis d'abord demandé ce qu'il voulait dire. Et son explication semble tout à fait plausible.
    Il se sent comme "Charlie", même si on peut lui reprocher de mal comprendre Chalrie Hebdo pour se prétendre de leur sensibilité, et il se sent Coulibaly pour la traque, souvent justifiée, dont il est l'objet de la part de la justice. Lui aussi a le droit de s'expliquer sur ce qu'il affirme. Ceux qui préjugent sytématiquement, à tout-va, de ce qu'il pense, de ce qu'il veut dire, de ce qu'il sous-entend se rabaisse au niveau de Dieudonné quand il divague dans l'antisémitisme.

    • Christian Fleitz - Inscrit 14 janvier 2015 11 h 43

      Dans une période de guerre, car la France a riposté à la déclaration de guerre des ces falsificateurs d'Islam qui activent les criminels terroristes, une nation marche dans le même sens. Les soldats français sont engagés physiquement dans la lutte contre cette nouvelle peste, ce n'est pas pour tolérer des trahisons.

  • Sol Wandelmaier - Inscrite 14 janvier 2015 08 h 16

    Des démêlés avec la justice..

    " Dieudonné M'Bala M'Bala, de son nom complet, avait vu plusieurs de ses spectacles interdits par la justice. Parmi d'autres déboires judiciaires, il a été mis en examen en juillet fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et abus de biens sociaux." Le Devoir..

    Si ce n'était que ses gags de mauvais goût...

    • Bernard Leblanc - Inscrit 14 janvier 2015 12 h 55

      Propos totalement diffamatoire. Ayez au moins la décence de lire le livre écrit par ses avocats, intitulé «Interdit de Rire». Vous apprendrai entre autre que le gouvernement a envoyé 200,000 euros à Dieudonné pendant que dans les journaux ont mentait sur le non paiement de ses dettes.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 14 janvier 2015 15 h 24

      "....livre écrit par ses avocats!? "

      Est-ce que les avocats ne sont-ils pas là pour défendre contre vents et marées leur client? Ils sont là pour défendre les déviants de toute sorte, avec n'importe quelle stratégie pourvu qu'ils gagnent leur cause...

      Est-donc une référence valable qui vous donne le droit de pousser des hauts cris, m. Leblanc ???