Lavrov voit dans les sanctions une volonté de changer de régime en Russie

Paris — Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a affirmé avoir «de sérieuses raisons» de penser que les sanctions occidentales contre son pays visent à provoquer un changement de régime à Moscou.

Dans un entretien à la chaîne de télévision France 24 diffusé mardi, le chef de la diplomatie russe critique l’Union européenne, estimant que sa politique étrangère n’a aucune indépendance vis-à-vis des États-Unis.

A la question de savoir si les sanctions occidentales étaient à son avis une tentative de forcer les dirigeants de la Russie à quitter le pouvoir, le ministre a répondu: «J’ai de très sérieuses raisons de croire que c’est le cas. Certains politiciens n’essayent même pas de le cacher».

Selon lui, le vice-président américain Joe Biden aurait même déclaré que Washington avait ordonné à l’Europe de se joindre aux sanctions contre la Russie.

«Franchement, c’est dommage que pendant tant d’années, nous ayons surestimé l’indépendance de l’Union européenne, et même de grands Etats européens», a dit M. Lavrov.

«Je peux vous assurer que la Russie non seulement survivra, mais en sortira encore plus forte. Nous avons traversé des épreuves bien plus difficiles au cours de notre histoire et à chaque fois, nous nous en sommes sortis encore plus forts», a-t-il précisé.

Partenaire économique important

L’Union européenne, qui est dans son ensemble le premier partenaire commercial de la Russie, a adopté, depuis l’annexion de la Crimée en mars, des sanctions de plus en plus dures contre Moscou, touchant depuis cet été les puissantes banques publiques, privées de financement, et le secteur pétrolier, vital pour le pays.

M. Lavrov s’en prend aux membres du Congrès américain qui ont approuvé à l’unanimité samedi de nouvelles sanctions contre la Russie et la livraison d’armes léthales à l’Ukraine.

«Plus de 80 % (des membres du Congrès) n’ont jamais quitté les États-Unis. Ils vivent dans leur propre monde, c’est pourquoi je ne suis pas étonné par cette russophobie», a dit le ministre.

La Russie a menacé samedi de prendre des mesures de rétorsion contre les États-Unis si les dernières sanctions américaines approuvées par le Congrès, regroupées dans un document intitulé «Acte de soutien à la liberté de l’Ukraine», étaient appliquées.

Le texte, qui ouvre la voie à de nouvelles sanctions américaines contre la Russie et à la livraison d’armes par les États-Unis à l’Ukraine, doit encore être promulgué par le président américain Barack Obama, qui peut aussi y mettre son veto.

«Nous allons voir ce qu’Obama va faire», a conclu M. Lavrov.

AFP 20141216T153845Z