Londres promet davantage d’autonomie à l’Écosse

Le camp du Non a intensifié sa campagne à la suite de la publication des derniers sondages.
Photo: Andy Buchanan Agence France-Presse Le camp du Non a intensifié sa campagne à la suite de la publication des derniers sondages.

Dans une tentative d’enrayer la progression du Oui à l’indépendance écossaise, qui affole milieux politiques et économiques, le premier ministre conservateur britannique, David Cameron, s’apprête à dévoiler un nouveau plan de transfert de pouvoirs à Édimbourg.

 

Ce plan, appuyé par les travaillistes, qui militent également pour un maintien de l’Écosse dans le Royaume-Uni, devrait être publié dès mardi. Il prévoit attribuer aux Écossais, qui disposent déjà d’une Assemblée et d’un chef de gouvernement, une autonomie plus importante en matière budgétaire, dans le domaine des impôts et des dépenses sociales.

 

Cette offensive intervient au lendemain du choc provoqué par la publication d’un nouveau sondage qui place pour la première fois le Oui en tête des intentions de vote à dix jours d’un référendum sur l’indépendance de l’Écosse.

 

Suffisant ?

 

Pour les partisans de l’indépendance, les promesses de Londres ne constituent qu’un geste « désespéré », à dix jours du vote. « Après avoir échoué à faire peur aux Écossais, la prochaine étape est manifestement de tenter de nous acheter », s’est moqué Alex Salmond, le premier ministre écossais et leader de la campagne pour le Oui.

 

Mais cela pourrait s’avérer insuffisant pour convaincre les indécis de voter Non. Il faudrait aller plus loin, jugent des observateurs politiques. « Les chefs de partis au Parlement de Westminster doivent proposer de créer un Royaume-Uni fédéral et s’engager à organiser une convention constitutionnelle pour discuter de sa mise en place dans le cas où l’Écosse vote Non » le 18 septembre, a réclamé Will Hutton, de l’Observer. « Il y a des moments dans la gestion des affaires d’un pays où il faut penser les choses en grand. C’est le moment de faire preuve d’habilité politique », a-t-il ajouté, à l’adresse de David Cameron et du chef du Parti travailliste, Ed Milliband, alors que selon le sondage YouGov/Sunday Times, 35 % des électeurs travaillistes soutiennent désormais l’indépendance contre 18 % début août.

 

L’ancien premier ministre travailliste Gordon Brown, un Écossais, a accusé la politique d’austérité de la coalition gouvernementale au pouvoir d’être responsable de la montée des indépendantistes. « Beaucoup sont en colère contre la Bedroom Tax », cette taxe à la chambre vide, appliquée aux occupants de logements sociaux disposant d’une pièce non occupée]..

 

L’un des arguments principaux des indépendantistes est de rendre l’Écosse « plus juste et plus prospère ».

 

Un ton constructif

 

David Cameron, particulièrement impopulaire dans cette région ancrée à gauche, a tenté depuis le début de la campagne de déconnecter le débat du référendum de sa personne en refusant de débattre à la télévision avec Alex Salmond. Vendredi, il maintenait la dialectique de « la campagne de la peur » dénoncé par le Parti national écossais (SNP) d’Alex Salmond, affirmant que l’Écosse serait plus en sécurité au sein du Royaume-Uni « dans un monde dangereux et incertain ».

 

Lundi matin, Alistair Darling, ancien ministre des Finances travailliste qui dirige la campagne Better together (mieux ensemble), a adopté un ton plus constructif pour défendre les avantages du maintien de l’union. Appelant sur la BBC à prendre du recul par rapport au dernier sondage, il s’est dit confiant dans la victoire du Non « parce que nous avons une vision très forte, très positive » de l’avenir de l’Écosse avec « un parlement écossais renforcé, avec davantage de pouvoirs, ce qui est ce que les gens veulent ».

 

 

15 commentaires
  • simon villeneuve - Inscrit 9 septembre 2014 01 h 22

    Deja-vu ?

    Est-ce que les Ecossais vont repeter l'erreur des Quebecois , croyant a tord d'une promesse de renouvellement de la federation canadienne en 1995...

    • Bernard Plante - Abonné 9 septembre 2014 07 h 54

      Les avions de la British Airways sont sûrement sur le point d'être nolisés afin de transporter les Londoniens qui voudront bien aller faire une parade de "We love you" en Écosse...

      Mêmes intentions impérialistes, mêmes stratégies. Que de mauvais souvenirs.

    • François Dugal - Inscrit 9 septembre 2014 08 h 35

      Monsieur Cameron met-il sa tête sur le proverbial "billot"?

    • Grace Di Lullo - Inscrit 9 septembre 2014 11 h 05

      Le Oui l'emportera. Les Écossais ne sont pas des Québécois.

      Cela sera interessant d'entendre nos grands fédéralistes inviter l'Écosse dans le grand club des pays de ce monde. Il sera également intéressant d'entendre les analyses.

  • Yves Côté - Abonné 9 septembre 2014 04 h 24

    Ma question...

    Hier, à la télévision justement, j'ai vu et entendu David Cameron faire des promesses solonelles aux Ecossais.
    Et d'un seul coup, j'ai revu Pierre-Elliot Trudeau à l'écran en 1980...
    Les Ecossais seront-t-ils aussi naïfs que les Québécois l'ont été par deux fois ?
    La première, en l'étant en toute bonne foi devant les avantages d'un grand Empire Britannique et la deuxième, à l'endroit d'un Dominion du Canada prit de panique ?
    Voilà bien ma question lorsque j'observe ce qui se passe en Ecosse ces jours-ci...
    Vive le Québec libre !

  • Patrice Giroux - Inscrit 9 septembre 2014 05 h 56

    L'autonomisme à l'arraché, n'importe quoi !

    Mettent-ils leurs « sièges en jeu » eux aussi pour cette promesse de changement ? Il faudrait dire aux Écossais qu'une fois qu'ils auront dit non parce qu'ils auront crus à l'autonomie consentie par des Anglais sous pression, eh bien ils auront une décision unilatérale de centralisation encore plus forte dans les dents, comme nous l'avons eu en 1982.

    • Guy Vanier - Inscrit 9 septembre 2014 07 h 23

      Trop tard, j'espère que l'écosse se libère complètement.
      Ça serait finalement un bel example a suivre pour nous les québécois.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 9 septembre 2014 07 h 20

    Quelqu'un

    Y a t'il quelqu'un qui va leur dire aux Écossais ''Look what happened in Québec '' avec les promesses fédérales la veille de la date fatidique ?

    Vont-ils tomber dans le même panneau ?

    PL

  • Marc Drouin - Abonné 9 septembre 2014 09 h 05

    Et si ça passe???

    C'est nous les québécois qui l'auront dans les dents. Le préchi-prêcha à la Couillard laissera une drôle d'impression au Québec comme dans le ROC.
    J'ai hâte de voir...