Percée europhobe attendue en Lettonie, en Slovaquie et à Malte

Bruxelles — Les électeurs de trois États ayant rejoint l’Union européenne en 2004, la Lettonie, Malte et la Slovaquie, votaient à leur tour samedi pour choisir leurs députés au Parlement européen, où l’on prévoit une percée des partis europhobes.

Les Tchèques, qui votaient quant à eux sur deux jours pour élire leurs 21 députés, pouvaient encore se rendre aux urnes samedi jusqu’à 12 h (heure locale). Ils n’ont été qu’environ 20 % à le faire, selon une estimation de l’agence de presse CTK.

Selon un sondage effectué à la sortie des bureaux de vote, trois formations pro-européennes arrivent en tête : fort de 18 % des voix, le parti postposition TOP 09 devancerait légèrement le Parti social-démocrate CSSD du premier ministre Bohuslav Sobotka (17 %) et le mouvement centriste et populiste ANO (15,5 %). Le mouvement anti-immigration Usvit (Aube) a connu un revers (2 %).

La Lettonie envoie huit eurodéputés au Parlement européen, Malte, six, et la Slovaquie 13.

Abstention slovaque

En 2009, date du dernier scrutin européen, moins de 20 % des électeurs slovaques s’étaient rendus aux urnes, faisant de ce pays le champion de l’abstention dans l’UE. Les sondages prédisent que l’abstention devrait encore être très élevée cette année.

Parmi ces abstentionnistes, Marcela Kundrathova, 27 ans, explique qu’elle ne voit «pas l’intérêt de voter aux élections européennes».

À l’inverse, Maria Hajkova, retraitée de 73 ans, affirme qu’elle votera. «Je ne comprends pas pourquoi tant de jeunes snobent cette élection», dit-elle. Inquiète de la situation en Ukraine, elle voudrait un eurodéputé qui saura «préserver la paix» sur le continent.

En Lettonie, beaucoup d’électeurs pourraient aussi bouder les urnes. Équipé de son matériel de pêche, Raimonds Graubins, 52 ans, reconnait qu’il n’ira sans doute pas voter. «Ça dépendra des poissons», dit-il en riant. «Si mes filets sont pleins avant midi, j’irai peut-être voter. Si ça ne mord pas, alors je resterai pêcher», dit-il avec le sourire.

À 16 h, 22 % s’étaient rendus aux urnes, alors que le premier ministre, Laimdota Straujuma, avait exhorté dans la matinée, sur son compte Twitter, ses concitoyens à voter.

Lassitude à Malte

À Malte, où la participation est traditionnellement élevée, certains électeurs ne cachent pas leur lassitude. Ainsi, Martin Bugeja a décidé de ne pas voter. «L’élection des parlementaires européens n’est pas importante puisque nous n’avons que six sièges dans un parlement formé de centaines d’élus», explique-t-il.

Malte est, avec l’Italie, la Grèce et l’Espagne, l’une des principales portes d’entrée des réfugiés et migrants en Europe et la question de l’immigration a été l’un des sujets de la campagne.

Quelque 400 millions de citoyens européens sont invités à voter pour renouveler les 751 députés du Parlement européen.

Les élections ont eu lieu jeudi au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Vendredi, c’était au tour des électeurs d’Irlande et de République tchèque.

Les élections européennes, les huitièmes depuis 1979, se termineront dimanche avec un scrutin ouvert simultanément dans 21 États de l’UE.

Les résultats officiels ne seront connus que dimanche après 21 h, heure de fermeture des derniers bureaux de vote en Italie.


Par Alain Jean-Robert