Ianoukovitch au Kremlin - Combien vaut l’Ukraine pour la Russie?

L’opposition ukrainienne a rassemblé 50 000 personnes mardi à Kiev.
Photo: Agence France-Presse (photo) Genya Savilov L’opposition ukrainienne a rassemblé 50 000 personnes mardi à Kiev.

Le président russe, Vladimir Poutine, a annoncé mardi que Moscou accordait 15 milliards de dollars à l’Ukraine et baissait le prix du gaz qu’elle lui vend, lors d’une visite du président ukrainien au Kremlin dénoncée par l’opposition pro-européenne qui y voit la «mise en gage» du pays à la Russie.

 

«Compte tenu des problèmes de l’économie ukrainienne, le gouvernement russe a décidé de placer une partie de ses réserves [...] dans des titres du gouvernement ukrainien, à hauteur de 15 milliards de dollars», a déclaré M. Poutine à l’issue de ses discussions avec son homologue ukrainien, Viktor Ianoukovitch.

 

Cette annonce a été faite alors que les opposants au président Ianoukovitch, qui manifestent depuis près de quatre semaines, l’accusent de vouloir «vendre» à la Russie leur pays, en profonde récession et au bord de la faillite.

 

«Le peuple ukrainien a le droit de savoir ce qu’a promis Ianoukovitch en échange», a déclaré devant la foule l’opposant ukrainien Vitali Klitschko, après cette annonce. «Il a mis le pays en gage.»

 

Le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, a précisé que cet argent serait investi immédiatement, en 2013, et en 2014 dans des obligations émises par l’Ukraine, selon les agences russes.

 

M. Poutine a aussi indiqué que la Russie avait accepté de réduire d’un tiers le prix du gaz qu’elle exporte en Ukraine, qui coûtera désormais 268,5 dollars les 1000 mètres cubes contre plus de 400 actuellement.

 

M. Poutine a par ailleurs affirmé que la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’Union douanière menée par Moscou, redoutée par l’opposition pro-européenne en Ukraine, n’avait pas été évoquée lors des négociations.

 

Les deux pays ont toutefois conclu un accord prévoyant de lever les «limitations commerciales» entre les deux pays jusqu’à fin 2014.

 

À Kiev, l’opposition qui manifeste et occupe la place de l’Indépendance au centre de Kiev depuis près de quatre semaines et a notamment mobilisé environ 300 000 personnes dimanche, a réuni environ 50 000 personnes mardi soir.

 

La Maison-Blanche a critiqué l’accord entre l’Ukraine et la Russie, estimant qu’il ne serait pas suffisant pour répondre aux inquiétudes des manifestants pro-européens.

 

Aucun accord entre Moscou et Kiev ne «répondra aux inquiétudes de ceux qui se sont rassemblés pour protester dans toute l’Ukraine», a dit le porte-parole de la présidence américaine, Jay Carney.

 

À Kiev,Vitali Klitschko, a annoncé qu’il briguera la présidence du pays et a réclamé une élection présidentielle anticipée dès le mois de mars.

 

Avant la rencontre au Kremlin, un autre leader de l’opposition, Arseni Iatseniouk, a mis en garde M. Ianoukovitch contre toute initiative sur une adhésion de l’Ukraine à l’Union douanière pilotée par Moscou.

 

«Ce serait pour lui un billet aller simple. S’il fait ça, il peut ne pas revenir de Moscou», a-t-il lancé.

 

Environ 200 militants pro-européens se sont postés mardi matin sur la route de l’aéroport que devait emprunter le président, a indiqué le parti Batkivchtchina (la Patrie) de l’opposante emprisonnée Ioulia Timochenko sur son site.

À voir en vidéo