Ukraine: le président Ianoukovitch propose l'amnistie aux manifestants accusés

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a offert l'amnistie à tous les manifestants sous le coup d'accusations criminelles.

Il a fait cette proposition vendredi lors d'une rencontre réunissant trois leaders de l'opposition ayant orchestré les manifestations monstres anti-gouvernement qui agitent l'Ukraine depuis plus de trois semaines déjà.

Des centaines de milliers d'Ukrainiens déferlent dans les rues de la capitale, Kiev, depuis que le président Ianoukovitch a renoncé le 28 novembre à signer une entente politique et commerciale avec l'Union européenne pour plutôt resserrer les liens entre l'Ukraine et la Russie.

Les militants exigent que le président nomme un nouveau gouvernement qui se consacrera à la signature de l'entente avec l'UE et qu'il punisse les policiers qui ont violemment réprimé les rassemblements pacifiques.

On ignorait vendredi si cette offre convient aux leaders de l'opposition, qui avaient indiqué plus tôt qu'ils n'assisteraient à la réunion que dans le but de faire part de leurs demandes, parmi lesquelles figure la tenue d'élections anticipées.

Le président Ianoukovitch s'est dit «outré» par les gestes radicaux posés dans les deux camps, affirmant qu'il y avait des provocateurs du côté des manifestants et reconnaissant que les forces de sécurité ne s'étaient pas toujours bien comportées.

Par ailleurs, le vice premier ministre a soutenu que l'Ukraine souhaitait signer «bientôt» l'entente politique et commerciale avec l'UE. Ce ne sont toutefois pas tous les Ukrainiens qui perçoivent l'accord d'un bon oeil. Plusieurs résidants des zones rurales, dans l'est du pays de 46 millions d'habitants, s'opposent aux manifestations qui agitent Kiev et favorisent plutôt un rapprochement avec Moscou.


 

À voir en vidéo