​La Belgique fait un pas vers l'euthanasie pour les jeunes

Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir

Bruxelles — Deux comités du Sénat de Belgique estiment que la loi qui autorise l'euthanasie devrait aussi s'appliquer, dans certains cas, aux enfants.

Une réunion conjointe des comités des Affaires sociales et de la Justice, mercredi, a approuvé la proposition par un vote de 13 contre 4. La loi, qui fait l'objet de débats intenses en Belgique, doit maintenant être étudiée par le Sénat en entier.

Si elle est ultimement approuvée, les enfants belges souffrant d'une douleur physique intolérable ou en phase terminale d'une maladie pourraient demander l'euthanasie avec l'autorisation de leurs parents.

Un psychologue devrait confirmer que l'enfant comprend les conséquences de la décision et le patient devrait faire l'objet de soins médicaux.
1 commentaire
  • Georges LeSueur - Inscrit 27 novembre 2013 17 h 39

    Sujet délicat.

    Envisager la fin de vie pour un enfant est particulièrement délicat. Il y a un potentiel de dizaines d'années en avant de lui. Pas comparable à une personne âgée, en fin de parcours et condamnée.
    Peut-on demander à un enfant (quel âge ?) de comprendre ce que représente l'euthanasie ?
    Le malade, enfant ou pas, ne veut plus souffrir. C'est le souhait dominant.
    Existe-t-il encore des douleurs physiques intolérables qu'une médication, massive s'il le faut, ne peut supprimer ?
    On a vu un parent aimant et responsable (Mr Latimer), décider pour son enfant trop jeune et trop handicapé pour s'exprimer. Il l'a fait en pleine connaissance de cause et a supporté les rigueurs de la loi.
    La proposition Belge devra mener à une loi claire qui metttra fin à ces cas de conscience, pour être valide. Nul doute malgré tout qu'elle aura des détracteurs.