Italie - La police arrête un dirigeant du Vatican en possession de 26 millions $

Vatican — La police italienne a épinglé vendredi un dirigeant du Vatican qui aurait tenté de transférer illégalement vers l'Italie l'équivalent de 26 millions $US.
 
Monseigneur Nunzio Scarano était déjà dans la mire des autorités dans une affaire de blanchiment d'argent à la banque du Vatican.
 
Il est maintenant accusé de fraude, de corruption et de diffamation, et a été incarcéré dans une prison de Rome. Son arrestation survient deux jours seulement après que le pape François ait annoncé la création d'une commission d'enquête pour faire la lumière sur les agissements de la banque du Vatican.
 
Giovanni Carenzio, un courtier, et Giovanni Zito, un ancien membre de la police militaire italienne, ont été arrêtés en même temps que monseigneur Scarano.
 
Les trois hommes sont soupçonnés d'avoir comploté pour ramener en Italie, mais sans avoir à payer les droits de douane à l'aéroport, un montant de 20 millions d'euros que Carenzio détenait dans un compte bancaire en Suisse. Le complot a été éventé par écoute électronique.
 
Intermédiaire

L'avocat de monseigneur Scarano, Silverio Sica, a affirmé que son client a essentiellement servi d'intermédiaire entre Carenzio et les propriétaires légitimes de l'argent, qui seraient des membres de la famille italienne d'armateurs d'Amico.
 
Zito, l'ancien policier, aurait pris congé en 2012 pour se rendre à Lucerne, en Suisse, rencontrer Carenzio pour ramener l'argent. Mais une fois sur place, Carenzio aurait refusé de lui remettre les fonds et Zito serait rentré à Rome les mains vides. Il aurait néanmoins réclamé la commission qui lui avait été promise, soit 600 000 euros.
 
Monseigneur Scarano lui a fait un chèque pour 400 000 euros, que Zito a déposé, mais il a ensuite déclaré que le second chèque de 200 000 euros avait été volé, ce qui a empêché Zito de l'encaisser.
 
Dans la mire

Les procureurs ont refusé de dire si Scarano a été rémunéré pour son rôle présumé dans cette affaire ou s'il a utilisé son compte de la banque du Vatican.
 
Scarano et ses deux complices présumés sont passibles de peines de cinq ou six ans de prison s'ils sont trouvés coupables.
 
Monseigneur Scarano était déjà dans la mire des autorités. Les procureurs de la ville de Salerne le soupçonnent d'avoir retiré l'équivalent de 729 000 $ US de son compte bancaire personnel à la banque du Vatican pour régler l'hypothèque sur sa maison.
 
Ces fonds lui avaient été remis par de généreux bienfaiteurs qui croyaient financer la construction d'une résidence pour patients en phase terminale.
 
Monseigneur Scarano a expliqué aux procureurs qu'il avait temporairement emprunté cet argent à des fins personnelles.
 
Nicole Winfield, Associated Press

À voir en vidéo