Législative partielle en Amérique du Nord - Les expatriés français sont appelés aux urnes

L’Assemblée nationale, à Paris, compte 577 députés.
Photo: Agence France-Presse (photo) Joël Saget L’Assemblée nationale, à Paris, compte 577 députés.

Le vote par Internet a déjà commencé pour les 202 000 Français établis au Canada et aux États-Unis, qui doivent de nouveau se choisir un député pour les représenter à l’Assemblée nationale à Paris.


Pas moins de 12 candidats sont en lice (voir autres textes). Ils représentent la plupart des partis politiques de l’Hexagone, tels que le Parti socialiste (PS), l’Union pour un mouvement populaire (UMP), l’Union des démocrates indépendants (UDI), les verts, le Mouvement démocrate (Modem), le Front de gauche, et même le Parti Pirate. On compte aussi quelques indépendants.


L’élection partielle de cette année a été rendue nécessaire par le départ en février de la députée socialiste Corinne Narassiguin, sanctionnée par la Cour constitutionnelle pour des irrégularités dans ses dépenses électorales. Son élection a été invalidée. Mme Narassiguin avait été élue l’an dernier à l’occasion des élections générales françaises.

 

Problèmes d’expatriés


Le vote électronique a commencé mercredi et se poursuit jusqu’à mardi midi, heure de Paris. Les Français d’Amérique du Nord peuvent aussi voter par correspondance jusqu’à mercredi. Quant au vote à l’urne, en personne ou par procuration, il aura lieu le 25 mai pour ce qui est du premier tour et le 8 juin si un deuxième tour est nécessaire, au Collège international Marie de France à Montréal (où vivent environ 45 000 citoyens français) et à l’Espace France à Québec (où leur nombre avoisine les 11 000).


La campagne porte surtout sur les enjeux qui touchent directement les expatriés français : reconnaissance des compétences professionnelles, notamment pour les infirmières et les médecins, accès aux services consulaires, éducation, santé, fiscalité. Les enjeux nationaux semblent peser un peu moins lourd. Comme les candidats proposent souvent des solutions très similaires pour résoudre les problèmes des expatriés, ils essaient de se distinguer par leur profil et leur cheminement personnel.


Plusieurs candidats mènent une épuisante campagne de terrain dans une circonscription grande comme un continent. Enfin, presque un continent, puisque le Mexique n’en fait pas partie. L’Alliance française et le site Internet French Morning ont aussi organisé un débat entre six des candidats, le 5 mai.

 

Un irritant


C’est le concept de circonscription qui irrite au plus haut point le gouvernement canadien dirigé par Stephen Harper. Ottawa avait fait savoir, en septembre 2011, qu’il rejetterait « toute demande d’autres États d’ajouter le Canada à leurs circonscriptions électorales extraterritoriales respectives » et qu’il ne permettrait « ni aux gouvernements étrangers de mener des campagnes électorales au Canada, ni à des partis politiques ou mouvements étrangers de s’établir au Canada ».


« Officiellement, on ne peut pas voter ; pratiquement, on le fait. C’est le flou artistique », observe François Lubrina, conseiller à l’Assemblée des Français de l’étranger, un organisme consultatif auprès du gouvernement français.


C’est sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy que les Français établis hors de France ont obtenu le droit d’élire des députés à l’Assemblée nationale à Paris, 11 en tout. Ils ont exercé ce droit pour la première fois en 2012. L’Amérique du Nord est désignée comme étant la première circonscription des Français établis à l’étranger. Ceux de la huitième, qui comprend plusieurs pays d’Europe, votent également ce printemps à l’occasion d’une élection partielle.

***

NDLR: Une correction a été apportée à ce texte après la publication, pour mieux préciser les circonstances du départ de Mme Narassiguin.

1 commentaire
  • RAPHAEL FLOCON - Inscrit 18 mai 2013 13 h 17

    Cette élection est assez révélatrice du climat politique francais: la députée socialiste Corinne Narassiguin n'a eu qu'une légère réprimande alors qu'elle a largement dépassé ses frais de campagne autorisés; par contre juste avant un des candidats du Parti pirate s'est pris 3 ans de retraits des droits civiques pour ... avoir fait une campagne à 0 euros ( http://carredinfo.fr/petit-candidat-ineligible-une ) ! Pour info, même notre ex-ministre du budget Cahuzac champion toute catégorie de la fraude fiscale n'a pas eu de peine d'inélégibilité.
    De quoi rappeler aux francais du Canada que les pratiques mafieuses ce n'est pas qu'à la Commission Charbonneau et qu'on peut faire quelque chose pour lutter contre.