Le roi des Belges pris à partie

Les indépendantistes flamands, première force politique de la région néerlandophone de la Belgique, ont réclamé jeudi l’abolition des pouvoirs du roi, l’un des derniers symboles de l’unité du royaume qui vient de fustiger les dangers du « populisme ». Lundi, dans son traditionnel discours de Noël, Albert II, 78 ans, avait appelé les Belges à être « vigilants et lucides face aux discours populistes ». « La crise des années 30 et les réactions populistes de cette époque ne doivent pas être oubliées. On a vu le mal que cela fit à nos démocraties », avait ajouté le souverain.