Catalogne - Le président Mas tend la main aux indépendantistes de gauche

La coalition nationaliste conservatrice CiU ne pourra pas gouverner seule et devra s’allier aux indépendantistes de gauche et aux socialistes, a reconnu lundi son chef, Artur Mas qui a annoncé qu’il prendrait dès mardi des contacts en ce sens.

« Nous n’y arriverons pas tout seuls, tout seuls nous ne pourrons pas gouverner, chacun devra assumer ses responsabilités et je pense que pour notre part nous les assumerons, sinon la situation deviendra extrêmement compliquée », a souligné le président de la Catalogne lors d’une conférence de presse à la sortie d’une réunion du CiU consacrée à l’analyse des résultats des élections de dimanche.


À la recherche d’une majorité absolue qui lui permette d’organiser un référendum d’autodétermination au cours de la prochaine législature, Artur Mas avait provoqué des élections anticipées qui, au lieu de renforcer son parti, lui ont fait perdre 12 des 62 sièges qu’il détenait jusque-là sur les 135 du Parlement catalan.


« C’est la volonté du peuple catalan que nous restions à la direction de notre région, mais accompagnés, a-t-il précisé. Il faut qu’il y ait un gouvernement dirigé par le CiU et nous en assumons la responsabilité. Qui d’autre va être ici avec nous ? Quelqu’un, quelques-unes, c’est ce que nous allons explorer pendant les semaines à venir », a-t-il poursuivi, soulignant qu’il se proposait de négocier avec les indépendantistes de l’ERC et les socialistes du PSC.


« À partir de demain [mardi], nous allons établir des contacts », a-t-il affirmé.


Les pertes du CiU et du PSC - passé de 28 à 20 députés - ont bénéficié surtout aux petits partis de gauche partisans de l’indépendance ce qui, selon Artur Mas, montre que les électeurs souhaitent que l’on avance le projet de référendum d’autodétermination.


« La feuille de route de la consultation bénéficie d’une majorité nette, très nette, dans les urnes », a-t-il insisté.


« La consultation nous demande d’aller de l’avant et je n’imagine pas des négociations avec les autres formations politiques dans lesquelles ce sujet ne soit pas clairement mis sur la table et considéré comme prioritaire », a-t-il précisé, estimant qu’il n’y avait pas lieu de renoncer puisque, tout bien pesé, les urnes ont maintenu la CiU dans la position de première force politique de Catalogne.

7 commentaires
  • Catherine Paquet - Abonnée 27 novembre 2012 06 h 54

    Certainement pas de référendum à l'horison.

    Si les leaders politiques Catalans sont toujours démocrates, j'imagine qu'ils respecteront la volonté citoyenne. Les Catalans ont fait perdre 12 sièges au Parti politique qui avait comme article premier à son programme, la tenu d'un référendum pour lequel laquestion demeurait très nébuleuse. Les électeurs ont dit non à ce projet. J'espère, pour le bien de tous, que cette volonté sera respectée.

    • Alexandre Trottier - Inscrit 27 novembre 2012 07 h 54

      Est-ce que vous avez lu l'article?

      "Les pertes du CiU (...) ont bénéficié surtout aux petits partis de gauche partisans de l’indépendance"

      Avec plus d'indépendantistes élus et des plus convaincu qui ont été élus se serait au contraire antidémocratique de ne pas faire de referendum... Les électeurs n'ont pas dit non. Ils ont plutot dit vous êtes trop nébuleux, on a va voter pour les indépendantiste plus clair!

    • Hélène Paulette - Abonnée 27 novembre 2012 10 h 44

      Mauvaise lecture, M.Paquet.... Les Catalans ont voté majoritairement pour les partis indépendantistes.....

  • Catherine Paquet - Abonnée 27 novembre 2012 11 h 48

    La démocratie a quand même des exigences.

    M. Trottier et Mme Paulette,
    Ici comme ailleurs, c'est le parti politique qui détient le pouvoir qui mène la stratégie politique et qui inspire la gouvernance. Or ce parti a élaboré un programme, il l'a présenté aux électeurs dans une élection spéciale déclenchée à cet effet, et les citoyens ont répondu qu'ils n'en voulaient pas. Est-ce que vous voudriez que ce parti fasse quand même le référendum dont l'idée même a été rejetée?
    Expliquez moi votre conception de la démocratie.

    • Gabriel Auclair - Inscrit 27 novembre 2012 14 h 30

      Les deux tière des personne ont votée pour des partis idépendantistes. C'est comme si, au Québec, le PQ perdrait quelque siège mais que ON, QS, et le parti indépendantiste et gagnait plus encore, et ce dans un système proportionnel.

  • Catherine Paquet - Abonnée 27 novembre 2012 15 h 48

    Mme Paulette, en démocratie...

    ...c'est le parti au pouvoir qui gouverne et qui prend les décisions. Et s'il prenait une décision contraire à ce que les citoyens lui ont dit, on ne serait plus en démocratie.

  • Alexandre Trottier - Inscrit 27 novembre 2012 19 h 11

    Commentaires de mauvaise foi, de propagande ou...

    Non ici ce n'est pas comme ailleurs... dans plusieurs pays il y a plusieurs partis avec un nombre significatif de députés et donc souvent une coalition de parties pour avoir une majorité. On est très loin de notre système d'alternance entre 2 parties.

    Donc il n'y a pas qu'un parti au pouvoir au final. Dans le fond, c'est encore plus démocratique...

    Le commentaire de M. Auclair était pertinent... imaginé que l'an prochain le PQ déclenche des élections pour pouvoir faire un réferendum. Disons qu'ils perdent 10 sièges et que ON en gagnent 30. Les gens vont clairement avoir voté pour un parti plus clairement indépendantiste pour obliger le PQ à faire un referendum claire. Donc démocratiquement il faudrait dire que les gens ne veulent pas un réferendum?!?!? Ca ne tient pas la route...

    Je ne vois vraiment pas comment on peut analyser objectivemment la situation autrement...