Strauss-Kahn porte plainte contre Diallo

Dominique Strauss-Kahn a déposé plainte pour fausses déclarations, diffamation et procédure abusive contre la femme de chambre guinéenne Nafissatou Diallo qui l’avait accusé d’agression sexuelle au Sofitel de New York il y a un an.

Selon la plainte déposée lundi devant le tribunal du Bronx, l’ex-directeur général du Fonds monétaire international lui réclame un million de dollars, l’accusant d’avoir « en toute connaissance de cause et intentionnellement fait de fausses déclarations aux forces de l’ordre » et d’avoir ainsi porté atteinte à sa réputation dans le monde, lui faisant perdre « d’autres opportunités professionnelles ».


Dans les documents de justice cités dans un premier temps par le New York Post sur son site Internet, Dominique Strauss-Kahn rappelle qu’il était au moment des faits « considéré par certains comme le prochain président français ».


La plainte affirme que la relation sexuelle qu’il a eue le 14 mai 2011 avec Nafissatou Diallo était « mutuellement consentie », sans « violence ni contrainte », et précise qu’elle n’avait été blessée.


« Avec l’aide du personnel du Sofitel », une heure après cette relation sexuelle, Nafissatou Diallo a faussement déclaré à la police que M. Strauss-Kahn l’avait agressé sexuellement « alors qu’elle savait que c’était faux », précise également la plainte.


DSK rappelle dans sa plainte qu’il a été ensuite arrêté, puis « soumis à une fouille dégradante et humiliante ; photographié nu ; et forcé de fournir des échantillons pour l’enquête ».


La plainte accuse aussi la femme de chambre de 33 ans d’avoir « falsifié des éléments » et rappelle que DSK avait dû démissionner de ses fonctions de directeur général du FMI.


Nafissatou Diallo a porté plainte au civil le 8 août et cette plainte est toujours en cours devant un tribunal du Bronx. Le juge Douglas McKeon a en effet refusé son classement le 1er mai, rejetant l’argument selon lequel DSK bénéficiait à l’époque d’une immunité diplomatique. Sa plainte au pénal avait en revanche été abandonnée en août.


L’ex-directeur général du FMI est par ailleurs mis en examen à Lille pour proxénétisme aggravé en bande organisée et placé sous contrôle judiciaire dans l’affaire dite du Carlton.