François Hollande devient président de la France

François Hollande a été élu au deuxième tour de l'élection présidentielle française, selon les premiers résultats. Mais les résultats après le dépouillement des trois quarts des boîtes de scrutin étaient des plus serrés. Le candidat du Parti socialiste récoltait alors 51,12 % des voix, contre 48,88 pour le président sortant Nicolas Sarkozy.

L'abstention et le vote blanc s'élevaient à 18,67 %.
 
Le candidat du Parti socialiste, âgé de 57 ans, deviendra le septième président de la Ve République, le premier socialiste après François Mitterrand, qui avait effectué deux mandats entre 1981 et 1995.
 
Le changement

Selon M. Hollande, qui a parlé depuis Tulle, en Corrèze, les Français ont opté pour le changement en l'élisant. Il s'est engagé à servir son pays avec «le dévouement et l'exemplarité que requiert cette fonction». Il a salué Nicolas Sarkozy qui, ayant dirigé la France pendant cinq ans, «mérite notre respect».
 
Le prochain président s'est dit fier d'avoir redonné espoir aux Français mais il a ajouté que cet espoir devait celui de la dignité.
 
Aux électeurs qui n'ont pas voté pour lui, il a assuré qu'il sera le président de tous les Français, ajoutant qu'il n'avait pas deux France qui se faisaient face mais une seule nation avec un même destin.
 
Selon lui, le premier devoir du président est de rassembler chaque citoyen dans l'action commune dans les défis futurs: le redressement, la réduction des déficits pour réduire la dette, la modernisation du progrès social, l'égalité entre les territoires.
 
M. Hollande a demandé à être jugé sous deux critères: la justice et la jeunesse.
 
Joie à Paris

Les milliers de sympathisants de François Hollande qui s'étaient rassemblés devant le siège du Parti socialiste à Paris ont hurlé de joie lorsqu'a été annoncée sa victoire sur Nicolas Sarkozy dimanche soir.
 
À 20h, lorsque l'écran géant installé rue de Solférino a retransmis les premiers résultats du second tour de la présidentielle, une clameur s'est élevée de la foule, sur laquelle étaient lancés des confettis bleu-blanc-rouge.
 
Les militants et sympathisants socialistes ont agité leurs drapeaux «François Hollande 2012», tandis que certains brandissaient des roses rouges, symboles du parti, et que d'autres faisaient le signe V de la victoire avec leurs doigts.
 
Nicolas Sarkozy, qui a dû rappeler ses partisans à l'ordre, a rapidement concédé la victoire à son adversaire. Lors d'un discours prononcé peu après l'annonce des premières estimations, il a dit avoir téléphoné à François Hollande pour lui souhaiter bonne chance «au milieu des épreuves». Après avoir affirmé qu'il s'agissait d'un vote démocratique et républicain, il a pris toute la responsabilité de sa défaite, ajoutant que sa place ne pourra plus être la même et qu'il «redeviendra un Français parmi les Français».
 
Le président sortant, qui semblait ébranlé mais s'est néanmoins montré digne, a rappelé «qu'il y a quelque chose de beaucoup plus grand que nous, c'est la France». Il a affirmé que son attachement pour le peuple français était plus fort.

Charest et Marois félicitent Hollande de sa victoire

À Montréal, le premier ministre Jean Charest a salué la victoire du socialiste François Hollande au deuxième tour de l'élection présidentielle française.
 
Au nom de tous les Québécois, il a offert ses plus sincères félicitations au nouveau président tout en lui souhaitant ses meilleurs voeux de succès dans la réalisation de ce mandat à la tête de la République française.
 
M. Charest a ajouté qu'il entrevoyait «avec enthousiasme la poursuite de cette relation directe et privilégiée avec la France».
 
Dans son communiqué, le premier ministre a également tenu à remercier le président sortant Nicolas Sarkozy «pour son engagement envers le Québec, en particulier les actions qui ont mené à la signature et qui ont favorisé la mise en œuvre de l'Entente Québec-France en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles».
 
La chef de l'Opposition officielle, Pauline Marois, a transmis un message de félicitation à M. Hollande dans lequel elle se dit confiante «que [les relations franco-québécoises], toujours placées sous le signe de l'amitié, seront davantage renforcées au cours des prochaines années".
 
Mme Marois a aussi écrit que le message exprimé par M. Hollande sera entendu bien au-delà des frontières françaises, ajoutant que «la force de ses propositions et la vision qu'il a exprimée au cours de la campagne électorale donnent un espoir et de nouvelles perspectives pour relever les immenses défis auxquels devront faire face la France et l'Europe».
23 commentaires
  • camelot - Inscrit 6 mai 2012 15 h 01

    Félicitations

    À monsieur Hollande. On a bien hâte de vous recevoir au Québec.

  • armand guindon - Inscrit 6 mai 2012 16 h 27

    Polarisation

    Le grand jeu de la duperie
    De l'échanges d'informations.
    Pour contrôler ce blob informe

    • Frédéric Jeanbart - Abonné 6 mai 2012 20 h 15

      ?

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 6 mai 2012 16 h 39

    Élu par les sondages!!!

    J'ai pas rêvé: c'est une firme de sondages qui a élu Hollande à 20 heures! 51,90%
    C'est suicidaire comme méthode. Et méprisant pour le peuple qui va voter.
    Et imaginer si la firme se trompait? Si, au lieu de 51,90%, on arrivait en fin de soirée avec 49,90% plutot?

    • Jean-Francis Du Cresson de la Rochandiere - Inscrit 6 mai 2012 19 h 48

      Tchip! Quelle vision technico-commerciale! En France, Les "firmes de sondage" comme vous dites, sont plutot fiables. Et au moment où j'écris ces lignes, le résultat des "firmes de sondage" s'est révélé exact...

  • Val Loug - Inscrit 6 mai 2012 17 h 04

    Erreur

    François Hollande est président de la REPUBLIQUE française et non président de la France.

    • Georges Hubert - Inscrit 6 mai 2012 19 h 50

      Vou avez raison ! Et Sarko était président de Power Corp.

    • Frédéric Jeanbart - Abonné 6 mai 2012 20 h 18

      À l'poque de Louis XIV le roi d'Orange (de Hollande) c'était auto-proclamé "roi de France" pour provoquer Louis XIV (et mal lui en prit)... J'imagine que c'est de ce "Hollande" dont vous parlez? ;-)

    • vieux cafe - Inscrit 6 mai 2012 23 h 00

      Val Loug a raison.
      La France est éternelle; mais cet état, ce n'est que la République Française.

      Le Devoir ne fait pas les siens.

  • marc.collin - Inscrit 6 mai 2012 17 h 39

    le future

    bien hate de voir ce qu'il fera pour sortir la france de sa très mauvaise posture.... il y a énormément à faire.....