Internet: manifestations en Europe contre le traité ACTA

Des manifestants ont bravé le froid  à Varsovie pour dénoncer le traité international contre la contrefaçon ACTA, qui risquent selon eux d'aboutir à une censure et une atteinte aux droits des utilisateurs d'Internet.
Photo: La Presse canadienne (photo) AP Des manifestants ont bravé le froid  à Varsovie pour dénoncer le traité international contre la contrefaçon ACTA, qui risquent selon eux d'aboutir à une censure et une atteinte aux droits des utilisateurs d'Internet.

Varsovie, Pologne - Des manifestants ont bravé le froid à Berlin, Helsinki et plusieurs autres villes européennes aujourd'hui pour dénoncer le traité international contre la contrefaçon ACTA, qui risquent selon eux d'aboutir à une censure et une atteinte aux droits des utilisateurs d'Internet.

Négocié depuis plusieurs années, l'ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement, accord commercial anti-contrefaçon) a déjà été signé par plusieurs pays industrialisés dont les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon. Il est destiné, selon ses artisans, à harmoniser les normes internationales pour protéger les droits des créateurs de musique, films, médicaments, mode, et autres produits souvent victimes de piratage, contrefaçon ou atteintes à la propriété intellectuelle.

Les gouvernements tchèque et polonais ont récemment signé l'ACTA , mais mis en suspens sa ratification, alors que l'opposition contre le texte monte, notamment chez des jeunes qui redoutent qu'il n'entraîne une censure en ligne et ne restreigne leur accès à l'information. Le ministère de la Justice allemand avait fait savoir vendredi qu'il suspendait la signature du traité pour laisser plus de temps aux discussions.

Le mouvement contre le traité s'est rapidement propagé en Europe après une première vague d'opposition le mois dernier en Europe.

«Nous devons remercier avant tout les manifestations en Pologne pour ce qui se passe en Europe et dans le monde entier en ce moment», expliquait Tillmann Mueller-Kuckelberg, un organisateur dans une manifestation à Berlin. «Beaucoup de gens en Europe se sont réveillés à ce moment-là et nous espérons que dans le monde entier les manifestations aboutiront à l'arrêt de l'accord ACTA».

En Allemagne, quelques milliers de personnes ont manifesté aujourd'hui dans le centre de Berlin, certains avec du sparadrap sur la bouche pour symboliser l'atteinte à la liberté d'expression ou portant les masques devenus le symbole du mouvement Anonymous, un collectif d'activistes sur Internet, et désormais du mouvement anti-ACTA. Ils brandissaient des pancartes proclamant «Arrêtez l'ACTA» ou «Droit au remix».

Pour Tillmann Mueller-Kuckelberg, le mouvement anti-ACTA est «une large alliance pour les droits civils qui s'est rassemblée par indignation spontanée face à ce projet».

D'autres manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes allemandes, mais aussi à Paris, Vienne et d'autres capitales européennes, Prague, Vilnius ou Varsovie.

Le Parlement européen doit débattre du traité au début de l'été.
4 commentaires
  • Roland Berger - Inscrit 11 février 2012 23 h 33

    Big Brother en marche

    L'illusion de la liberté de communication n'aura pas duré. Big Brother va y mettre fin. Les pouvoirs de l'argent ne permettront pas que des petits vauriens leur fassent ombrage.
    Roland Berger

  • ClimateCrisis - Abonné 12 février 2012 00 h 17

    encore

    encore un autre domaine ou les oligarches essayent de controler !

    le 1% n ont jamais assez de richesse et de controle.

  • Christian PHILIPPE - Inscrit 12 février 2012 04 h 29

    LAISSER FAIRE LAISSER PASSER, ou LAISSER FAIRE ON EST DEPASSE

    Les hautes sphères économiques poussent d'un coté à la consommation de produits sans cesse nouveaux et de l'autre en limitent l'utilisation.
    Un pas en avant, deux pas en arrière, c'est quoi c'tango?

    Ce n'est que le mal flagrant de nos sociétés au libéral économique totalement fou. Elles évitent d'étudier d'avance sur données économiques nouvelles, législations internationales nouvelles. Comme les produits pharmaceutiques, on met tout sur le marché et on compte les morts ensuite et...mafieux on passe alors au même produit avec un nom différent, pollution atmosphérique, sources énergie etc..tout y passe en ce silence ..assourdissant. Pourquoi?
    Oui, pourquoi dès les premiers paramètres de nouveautés ne pas étudier des législations garde fou? Mais parce que, elles vont se confronter à l'élaboration intelligente de fondements nouveaux certes mais toujours d'obligations démocratiques inchangeables. Rien ne va plus, faites leurs jeux! Ceci signifie l'intérêt des PEUPLES et ce critère là ne va pas du tout avec les intérêts FINANCIERS. Faut choisir, soit à gauche donc, soit à droite sinon on tourne bourrique et pour l'instant nous seuls sommes ces ânes là.
    Avant de sortir les outils il faut savoir sous quelles législations on va les faire fonctionner, c'est du bon sens. Ce bon sens là étant aussi facteur de décroissance FINANCIERE du même coté pour une croissance de BIEN ETRE de l'autre, évidemment cela n'intéresse pas. On lance donc les molosses lobbies qui feront pression pour que toute imbécillité pseudo démocratique passe, camouflée.
    Nous sommes devant un mur, et des loups se faufilent subtilement à droite pendant que des indignés hurlent aux loups vers la gauche alors qu'il faut non seulement passer par dessus ce mur insensé pour bien le démolir des 2 cotés.
    Sinon, si vous sifflez une mélodie dans la rue, ils vont exiger un jour prochain, des droits d'auteurs. Et ensuite alors, dans la foulée, l'air m