Élections législatives françaises - La candidate socialiste fait campagne à Montréal

La campagne électorale française s’est transportée au Canada, n’en déplaise à Ottawa. À cinq mois des élections législatives, Corinne Narassiguin, la candidate du Parti socialiste (PS) dans la 1re circonscription des Français de l’étranger, a échangé hier avec des dizaines de sympathisants dans un restaurant montréalais.

Le gouvernement de Stephen Harper ne digère toujours pas que le Canada fasse partie de l’une des 11 nouvelles circonscriptions extraterritoriales françaises, en l’occurrence la «1re» qui embrasse l’Amérique du Nord. L’ambassadeur de France à Ottawa a été convoqué il y a trois semaines par des représentants canadiens afin qu’il prenne acte de «la déception [du gouvernement fédéral] quant à la décision du gouvernement français d’ignorer cette politique canadienne».

Ottawa refuse ainsi de permettre aux 70 000 citoyens français établis au pays — dont 40 000 dans la métropole québécoise — d’élire leur propre député au nom du sacro-saint principe de la souveraineté du Canada, ce qui n’a toutefois pas empêché la spécialiste du risque à la banque Citigroup de faire campagne hier pour une quatrième fois en territoire canadien.

Corinne Narassiguin estime que la position canadienne «risque» de freiner le taux de participation des électeurs établis au Canada aux législatives de juin. «J’espère que les négociations [entre la France et le Canada] se dérouleront le mieux possible, mais surtout qu’on arrivera à communiquer au maximum de gens le fait qu’ils peuvent voter à distance», a-t-elle affirmé, faisant allusion au vote par correspondance et par Internet.

La New-Yorkaise d’adoption a fait remarquer que des élus français «habitent déjà au Canada», des membres du Sénat et de l’Assemblée des Français de l’Étranger, sans que le moindre cas d’ingérence dans les affaires canadiennes ait été porté à l’attention du public.

Si elle est élue, la candidate socialiste se gardera de sauter dans l’arène politique canadienne. Elle prendra à bras-le-corps les «questions qui relèvent vraiment de la législation française, qui peuvent être à négocier avec le Canada», a-t-elle assuré, aux côtés de son candidat suppléant, Cyrille Giraud, d’Europe Écologie Les Verts. Corinne Narassiguin a notamment cité en exemples l’accès à l’éducation française, l’accès à la culture française, la mobilité des étudiants entre l’Amérique du Nord et l’Hexagone et l’arrimage des systèmes de retraite canadien et français pour des personnes ayant travaillé des deux côtés de l’Atlantique.

L’Union pour un mouvement populaire (UMP) a quant à elle désigné le secrétaire d’État au commerce, Frédéric Lefebvre, pour arracher la 1re circonscription des Français de l’étranger.

À voir en vidéo