Affaire Clearstream - Villepin risque 15 mois de prison avec sursis

Dominique de Villepin<br />
Photo: Agence Reuters Charles Platiau Dominique de Villepin

Paris — Une peine de 15 mois de prison avec sursis a été requise hier à Paris contre l'ancien premier ministre, Dominique de Villepin, jugé en appel pour une manipulation menée en 2004 avec de faux fichiers bancaires de la société Clearstream où figurait le nom de Nicolas Sarkozy.

Blanchi en première instance en 2010, de Villepin, 57 ans, a répliqué qu'il voyait dans ces réquisitions la main de Nicolas Sarkozy, qui a retiré sa constitution de partie civile après le premier procès.

«Après six années d'un lynchage politique, médiatique et judiciaire, après avoir été déclaré innocent en première instance, le ministère public persiste et signe», a déclaré Dominique de Villepin à la presse.

«Tout ceci serait incompréhensible si on oubliait que le ministère public est représentant du garde des Sceaux placé lui-même sous l'autorité du président de la République Nicolas Sarkozy», a-t-il ajouté. Il a promis de se «battre au service des Français».

L'affaire Clearstream est une vaste affaire de dénonciation calomnieuse au cours de laquelle des noms, dont celui de Nicolas Sarkozy, ont été ajoutés sur des listings bancaires afin de faire croire qu'ils trempaient dans de sombres affaires de corruption. La machination visait ainsi à discréditer Nicolas Sarkozy avant la présidentielle de 2007. Pour le parquet général, Dominique de Villepin était au courant de la fausseté des listings dès juillet 2004 et aurait donc pu mettre fin à la calomnie. Le ministère public, qui a fait appel de la relaxe de l'ancien premier ministre, estime qu'il doit être condamné pour «complicité par abstention».

Mais si la «complicité de dénonciation calomnieuse» existe bel et bien dans le code pénal, la «complicité par abstention» n'est qu'un concept juridique que la cour d'appel a toute liberté de suivre ou non. Cette intrigue qui dure depuis 2006 met aux prises ces deux figures de la droite, susceptibles de s'affronter sur le terrain politique lors de l'élection présidentielle de 2012.
1 commentaire
  • Pierre Cossette - Inscrit 24 mai 2011 02 h 39

    Apparences de corruptibilité ...

    tous ces beaux messieurs bien fagotés qui réclament de leurs concitoyens de se serrer la ceinture, de hausser leurs heures de travail, de retarder l'heure de la retraite, ne se gênent pas pour tremper grassement leur pain dans l'assiette au beurre et de s'en enduire généreusement le gorgotton. Des politiciens polichinelles qui sortent de leurs boîtes médiatiques tous les soirs pour nous faire la morale aux téléjournaux assaillis par les flashs de photographes spectateurs. Ils créent la nouvelle l'entretiennent et nous obligent à leur faire une place dans notre quotidien qu'ils ne méritent pas. Ils sont formatés tous semblables, trempent dans des magouilles et se connaissent par leurs petits noms. Ils s'entre décorent, forment des groupes tels Bildeberg, qui depuis les années 50 créent les problèmes et proposent les solutions clefs en main. Heureusement l'ère du médium de masse achève et leurs parades ridicules sont démasquées.