Les Barcelonais «votent» sur l'indépendance

Barcelone — Les Barcelonais étaient invités à participer hier à un référendum non officiel sur l'indépendance de la Catalogne, riche région du nord-est de l'Espagne marquée par un fort sentiment identitaire.

Les habitants de Barcelone et de 21 autres municipalités de la région autonome devaient répondre à la question: «Êtes-vous d'accord que la nation catalane devienne un État de droit indépendant, démocratique et social, intégré à l'Union européenne ?»

Les opposants affichent leur indifférence concernant ce scrutin dépourvu de valeur légale tandis que ses partisans évoquent un «sondage géant», reflétant la tentation grandissante du séparatisme.

Sous une chaleur estivale, 347 stands quadrillaient les rues de la capitale catalane où près de 7000 bénévoles assuraient le bon déroulement du vote et tentaient de convaincre les passants de participer à l'initiative populaire. «La municipalité n'a pas accepté que l'on organise le référendum dans des locaux publics comme les écoles et on a dû transporter des groupes électrogènes pour l'électricité», peste une bénévole, Maria Cristina, qui se félicite que l'initiative soit venue de la société civile, en dehors des partis politiques traditionnels.

On pouvait également voter par Internet. Dans le quartier de la place Francesc Macià, haut-lieu de la bourgeoisie catalane, des électeurs arrivent au compte-gouttes et glissent leurs bulletins dans les urnes en laissant ostensiblement le bulletin «non». Aucun isoloir n'a été installé aux abords des stands.

Ignasi, avocat, rapporte cette anecdote: «Le premier votant est arrivé avant 9 heures du matin, devant le stand. À neuf heures pile, il s'est fait un point d'honneur à voter "non".»

Les organisateurs racontent que certaines personnes passant en voiture à côté du stand ont scandé des «Viva Espana !».

«Mais les gens qui sont contre l'indépendance de la Catalogne refusent de participer à ce référendum plutôt que de glisser un bulletin 'non' dans l'urne», dit Maria Cristina, qui estime qu'une participation de plus de 10 % des 1,6 million d'habitants de la ville serait un succès. La Catalogne, considérée comme la locomotive de l'économie espagnole, a beaucoup souffert de la crise économique depuis deux ans et certains Catalans n'hésitent pas à en rejeter la faute sur «le centralisme de l'État espagnol».

Avant Barcelone, le référendum avait déjà été organisé dans 531 municipalités de la région et 617 000 personnes s'étaient exprimées. Jusqu'à présent, le «oui» l'a emporté à 92,64 %, le non 4,89 %, blancs (2,09 %) et nuls (0,40 %). Le premier vote a eu lieu le 13 septembre 2009 dans la localité d'Arenys-de-Munt.
1 commentaire
  • Gilbert Talbot - Abonné 12 avril 2011 13 h 52

    Pourquoi pas au Québec ?

    C'est un bon exemple d'action civique, en dehors de tout partsanerie politique. Ce pourrait être fait au Québec aussi, ne serait-ce que pour des questions comme une nouvelle Constitution ou l'instauration du vote proportionnel.

    Vive la société civile !