France - Le débat sur la laïcité empoisonne la majorité

Paris — Les appels à annuler le débat sur la laïcité et l'islam, prévu par l'UMP la semaine prochaine, se multiplient et lézardent un peu plus une majorité ébranlée par son récent échec aux élections cantonales.

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP et promoteur du débat, se heurte à une opposition chaque jour plus forte dans son propre camp. Nombre de ténors de droite tentent de limiter l'impact d'un débat que François Bayrou qualifie de «poison» et qui est dénoncé d'une même voix par les six grandes religions de France.

«Ce n'est pas le premier sujet qui préoccupe nos compatriotes», a dit hier le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, citant l'emploi ou le pouvoir d'achat comme des sujets plus importants.

Le journal Le Monde, dans l'éditorial de son édition d'aujourd'hui, appelle Nicolas Sarkozy à «emprunter le chemin de la sagesse» en renonçant à un débat «inopportun et déplacé».

Sur la même ligne, le président du MoDem a réclamé l'annulation du débat qui doit se tenir dans un grand hôtel parisien mardi prochain. «Ce serait un bon signe, un signe d'apaisement et de sagesse», a-t-il estimé sur RMC et BFM TV.

Pour qu'il ne soit pas entre les mains d'un parti, le débat doit se tenir «dans le cadre de l'Assemblée nationale où les représentants des grandes sensibilités religieuses et philosophiques pourraient s'exprimer», a estimé François Bayrou.

Même analyse pour Dominique de Villepin pour qui «ce n'est pas au parti majoritaire de lancer un tel débat».

Dans une tribune commune publiée par Le Parisien, les représentants des grandes religions de France s'opposent au débat dans sa forme actuelle. Ils recommandent «pendant cette période pré-électorale, de bien garder sereinement le cap en évitant amalgames et risques de stigmatisation».

«On ne dit pas non à un débat, mais pas n'importe comment», a précisé Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France, sur i∞Télé. Pour lui, «le risque de stigmatiser est réél».
2 commentaires
  • Marc Pihiff - Inscrit 31 mars 2011 04 h 09

    Tergiversations

    La France est pays officiellement laïque depuis plus de 100 ans. Les choses sont donc claires, il ne faut plus débattre,, il faut agir.

  • Vladislav Kivepe - Inscrit 5 avril 2011 08 h 05

    La Laïcité utilisée pour briser la solidarité entre les citoyens

    Plus personne n'est dupe des provocations répétées d'un pouvoir à la dérive qui essaie de poursuivre une politique "néolibérale"de division sociale pour casser le peu de solidarité qui s'exerce encore entre les citoyens.

    Ne voulant pas jouer le pauvre contre le riche, le pouvoir en place et sa majorité tentent d'instrumentaliser les croyants d'une religion pour s'en servir de bouc émissaire et faire oublier les échecs de sa politique au reste de la population.

    Ce type de stratégie est connue pour avoir déjà été pratiquée :le juif naguère, le musulman aujourd'hui.
    Bien sûr il n'est pas simple de vivre avec un nouveau prolétariat imposée par un patronat avide de bas salaires à une population pré-existante qui a sa propre histoire et une culture différente.

    L'autre objectif de cette majorité, "menée par le locataire actuel de l'Elysée autocrate aux ordres de l'oligarchie néolibérale", est de casser les forces d'oppositions potentielles des salariés les plus pauvres en les "montants" les uns contre les autres pour briser les solidarités sociales en cas de conflit économique grave comme cela semble se préparer.

    Ce qui est évident pour tout le monde aujourd'hui c'est que l'objectif de la majorité actuelle en France est de détourner les votes des électeurs des masses populaires au profit de la majorité actuelle pour conserver le pouvoir à l'occasion des prochaines élections de 2012.