L'ETA décrète un cessez-le-feu permanent

Madrid — Le groupe basque armé ETA, qui n'a pas commis d'attentat depuis 17 mois, a annoncé hier un cessez-le-feu «permanent» et «vérifiable», comme réclamé par sa vitrine politique Batasuna, que le gouvernement espagnol a jugé «clairement» insuffisant.

«L'ETA a décidé de déclarer un cessez-le-feu permanent et de caractère général qui puisse être vérifié par la communauté internationale», a indiqué l'organisation clandestine dans un communiqué publié sur le site Internet du journal indépendantiste basque Gara.

L'annoncereprésente un «engagement ferme de l'ETA en faveur d'un processus de solution définitive et de la fin de la confrontation armée», selon ce communiqué.

Le numéro deux du gouvernement, Alfredo Perez Rubalcaba a rejeté comme insuffisant cette déclaration qui n'est «clairement pas» ce que «la société espagnole espérait».

«Cela n'est pas une mauvaise nouvelle, mais ce n'est pas La nouvelle», a-t-il estimé. «Nous avons insisté à de nombreuses reprises sur le fait que le seul communiqué que nous voulions lire est celui dans lequel l'ETA annonce la fin, de manière irréversible et définitive», a martelé le ministre, maître d'oeuvre d'une politique de lutte sans concession contre le groupe armé.

«Il est évident qu'aujourd'hui, une fois de plus, l'ETA n'a pas fait ce que nous espérions», a déploré le ministre. «L'ETA prétend toujours mettre un prix à la fin de la violence» en posant des conditions à la fin de sa lutte armée, a-t-il ajouté.

Le responsable a aussi rejeté l'idée d'une «vérification internationale» du cessez-le-feu. «Dans un État de droit, ce sont les forces de sécurité qui vérifient» un cessez-le-feu, a-t-il expliqué.