Intempéries en Europe - Heathrow reste empêtré dans la neige

L’aéroport d’Heathrow, le plus fréquenté en Europe, estimait hier qu’il n’y aurait qu’un nombre restreint de vols qui décolleraient et atterriraient. Des passagers furieux se sont vu refuser l’accès à l’intérieur de l’aéroport, et ce, même s’ils étaient munis de leur carte d’embarquement pour des vols prévus hier.<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Ben Stansall L’aéroport d’Heathrow, le plus fréquenté en Europe, estimait hier qu’il n’y aurait qu’un nombre restreint de vols qui décolleraient et atterriraient. Des passagers furieux se sont vu refuser l’accès à l’intérieur de l’aéroport, et ce, même s’ils étaient munis de leur carte d’embarquement pour des vols prévus hier.

Toronto — Les difficiles conditions hivernales en Grande-Bretagne causent des maux de tête aux personnes voyageant entre les aéroports canadiens et l'aéroport d'Heathrow, à Londres.

Air Canada a annoncé hier matin qu'elle ne pourrait assurer qu'un tiers de son trafic normal via Heathrow, avec seulement six atterrissages et décollages autorisés hier.

Le transporteur aérien envisage pour l'instant de permettre cinq départs d'Heathrow en direction d'aéroports canadiens, soit deux en direction de Toronto et les trois autres vers Halifax, Calgary et Vancouver.

Air Canada a indiqué qu'elle attendait des informations supplémentaires du plus important aéroport britannique avant de déterminer quels vols pourraient partir du Canada vers Londres hier soir.

La compagnie demande aux voyageurs se dirigeant vers l'Europe de surveiller son site web pour connaître l'état des vols avant de partir pour l'aéroport.

Elle demande également aux passagers de repousser tout voyage non essentiel et annule les frais de modification et d'annulation de vol pour ceux qui désirent changer la date de leur trajet vers les destinations affectées.

Nombre de trajets restreints

La neige et les températures glaciales ont continué à perturber les transports en Grande-Bretagne et dans beaucoup de pays européens, hier, après une fin de semaine particulièrement difficile.

L'aéroport d'Heathrow, le plus fréquenté en Europe, estimait qu'il n'y aurait qu'un nombre restreint de vols qui décolleraient et atterriraient. Plus de 48 heures après la dernière chute de neige, des passagers furieux se sont vu refuser l'accès à l'intérieur de l'aéroport, et ce, même s'ils étaient munis de leur carte d'embarquement pour des vols prévus hier. Des centaines de passagers ont aussi passé la nuit dans les terminaux de l'aéroport.

La compagnie aérienne British Airways a annoncé que tous les vols courts depuis Heathrow étaient annulés hier. L'association des agents de voyage a prévenu que de nouveaux retards et annulations seraient inévitables cette semaine.

L'aéroport de Francfort, le plus important de l'Allemagne, était ouvert, mais 300 des 1340 vols prévus ont été annulés à cause des difficultés observées ailleurs en Europe.

Les autorités de l'aviation civile de la France ont pour leur part demandé aux compagnies aériennes de réduire le nombre de vols de 30 %.

Des avions continuaient à décoller hier soir de l'aéroport de Bruxelles, qui avait pourtant annoncé une possible interruption totale des décollages en raison d'une pénurie de liquide de dégivrage pour les avions.

Des avions ont décollé peu avant 22h du principal aéroport belge, situé dans la banlieue nord de la capitale, a constaté un journaliste de l'AFP.

***

Avec l'Agence France-Presse