Des milliers de voyageurs cloués au sol - Les aéroports européens sont paralysés par le mauvais temps

Une voyageuse s’est endormie sur un des bancs de l’aéroport de Francfort. Les pistes y étaient ouvertes en alternance, mais plus de 540 vols ont été annulés.<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Boris Roessler Une voyageuse s’est endormie sur un des bancs de l’aéroport de Francfort. Les pistes y étaient ouvertes en alternance, mais plus de 540 vols ont été annulés.

Le mauvais temps qui sévit en Europe a complètement paralysé les principaux aéroports du vieux continent. Londres, Paris, Francfort, Amsterdam, Bruxelles et Genève ont dû retarder, voire annuler, la majorité de leur vols. Dans cette période de départs massifs pour les fêtes de fin d'année, des milliers de personnes ont été bloquées.

En Angleterre, qui subit un de ses hivers les plus froids depuis 1920, le trafic aérien est perturbé depuis plusieurs jours. Dans la banlieue de Londres, l'aéroport d'Heathrow, le plus important au niveau mondial pour le trafic international, et celui de Gatwick ont fermé leurs portes durant une bonne partie de la fin de semaine. Des milliers de personnes ont dû dormir sur les lieux dans la nuit de samedi à hier. Quelques vols ont pu partir hier soir d'Heathrow, qui n'autorisait par contre aucun atterrissage. Le trafic risque de ne pas reprendre rapidement, car le site Internet de l'aéroport annonçait des annulations et des retards encore pour aujourd'hui.

La situation est d'autant plus complexe pour les transports aériens anglais, car il s'agit de la fin de semaine la plus chargée de l'année, avec plus de 600 000 personnes attendues à Heathrow et 240 000 à Gatwick.

En dehors des aéroports, la circulation sur les routes était très difficile. Le transport ferroviaire a également été affecté et six Eurostar, reliant la Grande-Bretagne, la France et la Belgique, ont été annulés.

Passagers déroutés


La fermeture d'Heathrow a eu des conséquences sur les autres aéroports en Europe, qui ont dû accueillir des vols déviés. Quelque 5200 voyageurs ont été déroutés en France et la moitié d'entre eux ont passé la nuit de samedi dans les aérogares de Roissy, principal aéroport français, ou de Beauvais, ou encore dans des gymnases proches. Hier soir, il y avait encore 13 000 voyageurs qui attendaient leur avion et plus de 5000 d'entre eux ont dû passer la nuit dans l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le plus important en France. Les autorités françaises ont d'ailleurs demandé de ne plus dévier les vols vers ce dernier, qui n'avait que la moitié de ses pistes ouvertes. Elles ont aussi demandé aux compagnies d'aviation d'annuler 40 % de leurs vols.

Bruxelles a aussi été touchée avec encore 1500 personnes qui ont dormi sur place hier soir. Quant à Francfort, où les pistes étaient ouvertes en alternance, plus de 540 vols ont été annulés

À Montréal, de nombreux vols en provenance et à destination de l'Europe ont été annulés. Hier, il était difficile d'obtenir des informations de la part des compagnies aériennes, qui annonçaient plus d'une heure d'attente au téléphone. Air Canada a annulé tous ses départs à destination de Londres et Paris et ne prévoit pas reprendre le service normal avant demain. Air France, Delta et British Airways ont également supprimé des vols pour ces mêmes destinations. Il faut s'attendre à ce que les perturbations se poursuivent encore quelques jours, car, même si le trafic reprend d'ici un jour, les compagnies devront rattraper le retard accumulé ces derniers jours et acheminer les passagers qui n'ont pas pu voyager. D'ici là, elles recommandent aux voyageurs à destination de l'Europe de ne pas se rendre dans les aéroports avant que leur vol ne soit confirmé.

***

Avec Agence France-Presse et La Presse canadienne
1 commentaire
  • BernardP - Inscrit 20 décembre 2010 10 h 50

    Et le réchauffement climatique?

    C'est le deuxième hiver de suite où l'Europe est aux prises avec la neige et le froid. Rien pour favoriser auprès du public la cause des tenants du réchauffement climatique.

    Chez les scientifiques qui ne croient pas au réchauffement, une théorie alternative populaire pour expliquer les variations du climat à travers les âges est celle des changements cycliques dans le niveau d'activité solaire. Un petit aperçu:

    http://wattsupwiththat.com/2010/12/20/a-dalton-min

    Wattsupwiththat est le plus fréquenté parmi les sites qui questionnent l'avis du GIEC quant aux changements climatiques