Présidentielle biélorusse - Loukachenko réélu sans surprise, manifestation réprimée

Des milliers de Biélorusses ont manifesté hier soir à Minsk, la capitale, contre la réélection d’Alexandre Loukachenko, qualifié de «dernier dictateur d’Europe» par l’ex-président George Bush.<br />
Photo: Agence Reuters Vasily Fedosenko Des milliers de Biélorusses ont manifesté hier soir à Minsk, la capitale, contre la réélection d’Alexandre Loukachenko, qualifié de «dernier dictateur d’Europe» par l’ex-président George Bush.

Minsk — Les forces de l'ordre de la Biélorussie ont interpellé violemment hier soir à Minsk des centaines de personnes, mettant apparemment fin en quelques minutes à une manifestation de milliers d'opposants protestant contre la réélection attendue du président Alexandre Loukachenko.

Des centaines de membres des forces de l'ordre casqués, armés de boucliers et de matraques, sont intervenus massivement et à une vitesse foudroyante sur la place de l'Indépendance de Minsk, où se trouvent dans un même bâtiment le gouvernement, le Parlement et la la commission électorale.

Frappant des manifestants, les interpellant ou les forçant à la fuite, la police a vite repris le contrôle de la place, occupée encore une heure plus tôt par des dizaines de milliers de protestataires, selon une estimation de l'AFP.

La police est intervenue alors que la foule tentait de prendre d'assaut ce vaste immeuble, en brisant portes et fenêtres. «Les forces de l'ordre ont agi dans la légalité», a estimé le chef de la police de Minsk, Leonid Farmageï, cité par l'agence de presse Itar-Tass.

Le candidat d'opposition Vladimir Nekliaev a été blessé dans ces heurts. Souffrant d'un traumatisme crânien, il a été emporté par une ambulance et était toujours à l'hôpital hier soir. L'opposition avait appelé dès samedi à un rassemblement hier pour dénoncer les fraudes électorales massives orchestrées selon elle par le pouvoir biélorusse. Les manifestants se sont d'abords rassemblés sur la place d'Octobre avant de rejoindre celle de l'Indépendance.

Selon les résultats de sondages à la sortie des bureaux de vote annoncés par la télévision biélorusse, Loukachenko obtiendrait entre 72,2 et 81,4 % des suffrages, devançant largement ses principaux opposants, Andreï Sannikov et Vladimir Nekliaev.

«C'est ici que la Biélorussie a déclaré son indépendance en 1991 et c'est ici que la dictature de Loukachenko va tomber aujourd'hui», a déclaré Andreï Sannikov, l'un des neuf candidats de l'opposition, s'exprimant devant la foule avant les heurts. Sannikov a été lui aussi blessé lors de l'intervention policière, a rapporté la radio russe indépendante Écho de Moscou.

Loukachenko, depuis 16 ans à la tête de ce pays charnière situé entre l'Union européenne et la Russie, a été qualifié de «dernier dictateur d'Europe» par l'ancien président américain George W. Bush.

Élu en 1994 à la première élection présidentielle de la Biélorussie indépendante, la seule reconnue comme démocratique en Occident, Loukachenko a été réélu en 2001 et 2006 à l'issue de scrutins entachés d'irrégularités et marqués par la répression des opposants.

Le dirigeant biélorusse s'en prend tantôt à l'Union européenne, accusée fin novembre de mettre son pays «sans arrêt sous pression», tantôt à la Russie, allié traditionnel et grand fournisseur d'hydrocarbures, à laquelle il a même reproché de financer ses opposants.

Personnage haut en couleur à la moustache célèbre, il n'hésite pas à s'afficher sur des terrains de hockey, en moto et est coutumier des déclarations à l'emporte-pièce.