Grèce: incidents lors de manifestations contre l'austérité

Un député a été molesté par la foule hier en Grèce, où des manifestations émaillées d’incidents assez violents ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes contre les réductions de salaire et les nouvelles mesures d’austérité prévues en 2011. Costis Hadzidakis, député et ex-ministre de droite, a été battu avant d’être mis à l’abri par les forces de l’ordre. <br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Angelos Tzortzinis Un député a été molesté par la foule hier en Grèce, où des manifestations émaillées d’incidents assez violents ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes contre les réductions de salaire et les nouvelles mesures d’austérité prévues en 2011. Costis Hadzidakis, député et ex-ministre de droite, a été battu avant d’être mis à l’abri par les forces de l’ordre.

Athènes — Un député a été molesté par la foule hier en Grèce où des manifestations émaillées d'incidents assez violents ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes contre les réductions de salaires et les nouvelles mesures d'austérité prévues en 2011.

Des affrontements ont eu lieu dans le centre d'Athènes, près du Parlement grec, entre les forces antiémeutes et des groupes de jeunes encagoulés et armés de barres en bois, qui jetaient des cocktails Molotov, au milieu de nuages de gaz lacrymogènes et de jets de fragments du marbre utilisé dans la capitale pour paver certains trottoirs ou devantures.

Des manifestants ont incendié des voitures et des motos et détruit du mobilier urbain, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le feu a été mis à six motos de police, une agence bancaire a été saccagée sur la place centrale de Syntagma, près du ministère des Finances, et neuf personnes ont été arrêtées, a déclaré une source policière.

Au total, 23 000 personnes ont défilé dans la capitale ainsi qu'à Salonique, selon la police, cependant que le pays tourne au ralenti depuis minuit en raison d'une grève générale de 24 heures qui touche transports, écoles, hôpitaux ou banques.

Un député et ancien ministre de droite, Costis Hadzidakis, a été molesté à Athènes par des manifestants, avant d'être mis à l'abri par les forces de l'ordre, tandis que certaines personnes criaient «Voleurs ! Voleurs !» devant le Parlement.

Joint par l'AFP, il a indiqué qu'il allait «bien». Les photos de presse qui le montrent avec du sang sur le visage «font apparaître l'incident plus sérieux qu'il n'était», a-t-il dit.
1 commentaire
  • celljack - Inscrit 16 décembre 2010 12 h 03

    Ça n'arrive qu'aux autres!

    Vous croyez que le Québec et le Canada vont éviter indéfiniment les grosses coupures?

    Détrompez-vous. Si la culture générale et les comportements de consommateurs ne changent pas, les mécanismes de l'économie mondiale forceront les changements.

    Ceux qui se préparent d'avance à accepter ces changements (baisse de salaires, coupures de retraites, consommation responsable et limitée) auront la dignité de ne pas contribuer a des événements violents tels que ceux auxquels on assiste maintenant en Grèce.